Maroc

Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias

Malgré les acquis, la représentation des femmes dans l’espace public demeure très en deçà des attentes.

C’est dans le cadre d’un atelier organisé par la Haute autorité de la communication audiovisuelle que l’évaluation du seuil de la présence des femmes dans l’espace public a été réalisée. La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) considère que cette initiative tire sa légitimité du contexte actuel marqué par les préparatifs aux échéances électorales, ainsi que par le bilan des efforts déployés en matière de réformes législatives et institutionnelles dans le renforcement des droits de la femme.


Le principal constat émis est qu’en dépit de «toutes ces réalisations et de réels progrès, la représentation des femmes dans l’espace public demeure très en deçà à la fois des attentes et besoins en la matière et de la réalité effective de la participation et des compétences féminines dans différents domaines de la vie du pays». La HACA précise que les médias peuvent jouer un grand rôle dans l’amélioration de la visibilité de la femme et la promotion de son apport dans l’espace public. «Leur contribution peut également être déterminante dans la lutte contre les stéréotypes, les discriminations, les stigmatisations et les violences à l’encontre des femmes», ajoute la même source. Il faut dire que les études et les publications de la HACA révèlent que peu de progrès ont été réalisés en matière de visibilité médiatique des femmes dans l’espace public. Les relevés périodiques des interventions des personnalités publiques dans les programmes d’information des radios et des télévisions publiques et privées laissent voir «sans équivoque, que la sous-représentation de la contribution des femmes à l’action et aux débats publics est une réalité médiatique qui perdure», constate la Haute autorité.

Vers un ancrage de l’égalité
La piste la plus plausible en vue de remédier aux insuffisances constatées en matière de participation effective des femmes aux débats audiovisuels reste la mise en œuvre «d’un investissement dans des pratiques médiatiques fondées sur les valeurs de l’égalité citoyenne et proactives en matière de promotion de la participation des femmes à la vie publique comme impératif de développement social et de progrès démocratique», indique la HACA dans son argumentaire. La haute autorité appelle à une pleine activation des diverses instances qui ont été créées, notamment la création de comités de parité au sein des deux chaînes publiques, ainsi que la création de la base de données «Expertes.ma», sous forme de répertoire des Marocaines expertes dans divers secteurs.

La HACA a également appelé à redoubler d’efforts en vue de permettre à l’Observatoire national pour l’amélioration de l’image de la femme dans les médias «en tant que mécanisme tripartite représentant les départements ministériels et des acteurs de la société civile. Pourtant, beaucoup reste à accomplir pour que la convergence de ces initiatives et d’autres encore, permette de garantir de manière pérenne et proactive une présence équitable des femmes dans les médias et une juste représentation des nombreux rôles assumés par elles au profit de la société», insiste la HACA. Cette convergence est d’autant plus nécessaire que certains contenus médiatiques, y compris numériques, continuent à être des vecteurs de stigmatisation et de discours susceptibles de saper les efforts qui ont été déployés jusqu’à présent.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page