Maroc

Maroc : la confiance des ménages au plus bas

Alors que l’on pensait qu’au sortir du confinement les ménages commenceraient à reprendre progressivement goût à la vie et avoir confiance en l’avenir à court et moyen termes, il n’en est encore rien. À fin septembre, l’indice de confiance des ménages était au plus bas depuis 2008.

Les effets de la crise sanitaire Covid-19 continuent à saper le moral des ménages marocains ! Alors que l’on pensait au sortir du confinement, que ces derniers commenceraient à reprendre progressivement goût à la vie et avoir confiance en l’avenir à court et moyen termes, il n’en est encore rien. En effet, selon les résultats de l’enquête permanente de conjoncture menée par le Haut-commissariat au Plan (HCP) auprès des ménages, la confiance de ceux-ci s’est fortement dégradée au troisième trimestre de 2020. La situation est somme toute assez alarmante puisque l’indice de confiance des ménages (ICM) a enregistré son niveau le plus bas depuis le lancement de l’enquête en 2008, c’est-à-dire depuis 12 ans. Cet indicateur de bonne santé économique des ménages s’est notamment établi à 60,6 points, au lieu de 65,6 points enregistrés le trimestre précédent et 74,8 points une année auparavant.


55% ont constaté une baisse de leur niveau de vie
Concernant la perception des ménages sur leur niveau de vie, le HCP relève que 55% des ménages ont déclaré constater une dégradation de leur niveau de vie au cours des 12 derniers mois (depuis fin septembre 2020), 25,6% un maintien au même niveau et seulement 19,4% une amélioration. Le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif. Il s’est précisément creusé de 10,8 points en passant de -24,8 points au trimestre précédent à -35,6 points au 3e trimestre, contre -20,2 points au même trimestre de l’année passée. L’avenir proche ne va pas changer grand-chose à cette situation. L’enquête révèle, en effet, que dans les 12 prochains mois, 41,5% des ménages s’attendent à une dégradation de leur niveau de vie, 34,3% à un maintien au même niveau et 24,1% à une amélioration. Le taux de chômage, qui sévit depuis le début de la crise sanitaire, explique sans doute cette situation. En effet, au 3e trimestre 2020, près de 600.000 Marocains ont perdu leur emploi (Cf. Les Inspirations Éco). Le solde d’opinion est sur ce plan resté ainsi négatif à -82 points, contre -75,2 points un trimestre auparavant et -71,8 points un an auparavant.

Près de 70% redoutent la hausse des produits alimentaires
Les ménages sont tellement affectés que 87,1% contre 5,1% d’entre eux s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Cette situation de pertes massives d’emploi a, bien entendu, impacté la situation financière des ménages. C’est ainsi que sur les 12 derniers mois (à fin septembre 2020), 41,6% contre 7,6% des ménages ont considéré que leur situation financière s’est dégradée. 35,6% ont déclaré qu’ils ont dû s’endetter ou puiser dans leur épargne pour faire face aux dépenses, 60,4% ont estimé que leurs revenus ont couvert leurs dépenses, alors que seulement 4,1% ont affirmé pouvoir épargner une partie de leur revenu. Le solde d’opinion, relatif à la situation financière des ménages, est resté ainsi négatif, à -31,5 points contre -30 points le trimestre précédent et -29,5 points une année auparavant. L’avenir proche ne sera pas tout à fait meilleur. En effet, sur les 12 prochains mois, seuls 15,4% des ménages contre 27,3% s’attendent à une amélioration de leur situation financière. Bien entendu, cette détérioration de la situation financière des ménages impacte fortement l’orientation de leurs achats. Au troisième trimestre 2020, 74,3% contre 10,8% des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables (types : maisons, appartements, équipements électroménagers, etc…). Certains d’entre eux redoutent même la hausse des prix des produits alimentaires. En effet, 75,4% des ménages ont constaté que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois ; et 68,8% pensent que ces prix vont continuer à augmenter au cours des 12 prochains mois.

Aziz Diouf / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page