Maroc

Les élus fixent les priorités jusqu’à fin 2018

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Lors de sa session ordinaire, 24 points ont été inscrits à l’ordre du jour du Conseil régional de Casablanca-Settat


Les grands élus du Conseil régional de Casablanca-Settat ont tenu, mercredi,  leur session ordinaire avec un ordre du jour très chargé pour le reste de l’année. Plusieurs conventions de partenariat ont été soumises au vote durant cette session. Il s’agit en effet des contrats signés entre la région et plusieurs acteurs, notamment la Fondation Mohammed V pour le financement de l’association de l’économie solidaire ainsi qu’une convention portant la création d’une SDR (société de développement régional) qui sera chargée de l’aménagement de zones destinées aux activités économiques au sein du territoire de la région.

Le Conseil régional devra aussi contribuer à la mise en place du pôle financier de Casablanca, à travers une convention avec Casa Finance City, de même que le secteur de l’énergie sera aussi parmi les priorités, en vertu d’un contrat signé avec une entité représentant les professionnels de la région et qui englobe également le BTP. L’une des principales décisions du Conseil de la région est le lancement d’une étude sur l’établissement d’une carte des risques catastrophiques dans la région. Les élus devront approuver la convention destinée à cet effet qui a été une demande cruciale pour les élus. En dehors de la métropole, plusieurs conventions portant sur des projets d’infrastructures ont été approuvées, essentiellement dans les communes rurales de la région. Il s’agit essentiellement de dédoublement de la Route nationale et de l’autoroute au niveau de l’entrée de la ville d’Azemmour, ainsi que la réalisation d’une voie expresse reliant la commune de Sidi Hajjaj et l’autoroute.

Pour rappel, cette session ordinaire du Conseil régional intervient après l’approbation au cours de cette année 2018 du plan d’action triennal qui s’étend jusqu’en 2021 pour un montant de 58 MMDH qui seront affectés à 184 projets. À l’issue de cette session, les critères pour bénéficier des programmes annuels et sectoriels en matière de requalification sociale, ainsi que des plans d’action annuels et des mécanismes destinés à réaliser des diagnostics et assurer le suivi et l’évaluation des projets et leur audit sont désormais clairs pour le Conseil régional. Le renforcement des infrastructures en termes de mobilité et de connexion entre les territoires, le développement des pôles urbains intégrés et l’aménagement, ainsi que l’amélioration de l’attractivité économique, tout en poursuivant les investissements dans les secteurs productifs, forment l’ossature des interventions projetées. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page