Maroc

Innovation : un vent d’ouverture souffle à la douane !

La mue de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) se fait à travers des chantiers tous azimuts. Pour favoriser la contribution de tous à son effort de modernisation et d’innovation, l’ADII met en place une nouvelle approche basée sur la démarche participative, plus d’échange et d’écoute dans l’amélioration continue de ses processus, des produits et des services.

La démarche participative et l’intelligence collective ont le vent en poupe au sein de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII), qui a annoncé, début mars, le lancement de sa plateforme d’Open Innovation «IBDAE».

Dans la circulaire n°6298/530, Nabyl Lakhdar, directeur général de l’institution, appelle les douaniers, clients et partenaires de la douane, notamment les opérateurs, transitaires, MRE, touristes et même les citoyens usagers de ses services à soumettre leurs contributions en matière d’innovation et de transformation.

Bien entendu, la participation repose sur la base du volontariat et n’oblige en rien les contributeurs, qui peuvent d’ailleurs soumettre autant de propositions d’idées qu’ils souhaitent.

«La nouvelle approche s’appuie sur la création, dès fin 2021, du Comité innovation et transformation et la mise en place d’un ensemble de procédures et d’outils permettant de favoriser l’émergence de solutions innovantes à fort impact, aussi bien en interne que parmi les clients-usagers et partenaires de l’administration», souligne la circulaire.

Ainsi et partant du principe que l’innovation est l’affaire de tous, et afin de bénéficier du potentiel créatif national, toute personne ayant des idées innovantes porteuses de valeur ajoutée pour la douane et son environnement peut les partager avec ce Comité.

Que ce soient des solutions à des problématiques actuelles ou pressenties, des changements réglementaires, procéduraux ou technologiques prometteurs, de nouvelles pratiques sur le terrain censées améliorer l’efficacité et la qualité du service, ou des dispositifs tendant à faciliter les démarches douanières, aussi bien pour les clients-usagers que pour les douaniers eux-mêmes, les propositions et idées doivent porter sur un thème en relation avec les activités douanières.

Qu’elle traite un aspect opérationnel, procédural, réglementaire ou technique, la proposition peut être une simple amélioration comme elle peut constituer une innovation transformatrice. «Les demandes d’information et les réclamations ne sont pas concernées par cette démarche», appuie l’ADII.

À ce titre, elles doivent être déposées via les canaux usuels. La douane se dit donc ouverte à toutes idées, qu’elles sont les bienvenues et seront traitées avec la plus grande attention par ledit comité.

Suivi du processus de traitement des idées

Pour être au parfum du traitement de leurs propositions, les soumissionnaires seront informés tout au long de ce processus. D’ailleurs, dès la soumission de la proposition, le contributeur reçoit un accusé de réception. De même, d’autres messages d’information lui sont envoyés notamment à l’issue de la phase d’examen ou pour lui annoncer le sort final réservé à son idée. Quant aux délais de réponse, ils dépendent de la complexité de la proposition et, donc, du temps nécessaire à son évaluation.

Un contexte qui s’y prête

Il faut dire que le contexte se prête à une telle démarche. L’entrée du Maroc dans une phase de forte accélération et les changements dans la dynamique de la chaîne logistique internationale créeront de nouvelles demandes et perspectives par rapport au rôle joué par la douane marocaine.

Ainsi, donc, l’innovation et la transformation apparaissent comme le maître-mot d’une réponse à apporter à ces enjeux multiples. Ainsi, un partenariat dynamique avec les acteurs demeure indispensable pour favoriser les opportunités d’innovation et, parallèlement, créer une administration douanière plus rentable, plus efficace et plus réactive.

Dans cette optique, et dans le cadre de son plan stratégique à l’horizon 2023, l’ADII a mis en place le «Comité innovation et transformation » (CIT), ayant pour objectif l’instauration d’une approche participative permanente de soutien à l’innovation, englobant le recueil et l’examen des idées et leur déploiement en projets, et ainsi l’émergence de solutions à fort impact.

Démarche de participation et processus de traitement des propositions

Formuler des griefs et pistes d’amélioration des processus de la douane est une chose, procéder comme il se doit pour les remonter à l’administration concernée en est une autre. Ainsi, la soumission des propositions à la douane devrait se faire suivant une démarche précise : se connecter sur l’une des plateformes de l’administration (site Internet, Diw@nati ou BADR) pour renseigner un formulaire sommaire prévu à ce propos.

La proposition est ensuite prise en charge au niveau de la plateforme de gestion et de traitement des idées innovantes IBDAE, qui n’est rien d’autre que l’incubateur de bonnes idées de la douane pour son agilité et son efficacité. L’idée sera inscrite au nom de son auteur durant tout le processus de son traitement.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page