Maroc

Industrie du sport: ce qu’attendent les professionnels après la réouverture

Près d’un an après le début de la pandémie liée à la Covid-19, l’agence conseil en stratégie Stadia et l’école internationale Sports Management School publient les résultats d’une étude évaluant l’impact de cette crise sur l’industrie du sport au Maroc. Les rapporteurs émettent des recommandations et mesures pour une reprise optimale.

Les professionnels de l’industrie du sport au Maroc listent les mesures que pourrait mettre en place le gouvernement pour soutenir le secteur et accompagner sa relance. Parmi leurs recommandations, l’on retient l’instauration d’un Chèque Sport-Santé à consommer dans un réseau (enseignes, salles de sport…).


Ce chèque pourrait être déductible d’impôts pour les entreprises les offrant à leurs collaborateurs. Il s’agirait aussi de revoir la TVA de 20% à la baisse et de l’aligner sur celle appliquée à d’autres secteurs, se situant entre 7% et 10%. «Cet alignement se justifie par la nécessité d’accompagner un secteur fortement impliqué dans la bonne santé des Marocains», expliquent les professionnels. Autres propositions : favoriser l’émergence d’une véritable industrie du sport «made in Morocco» en mettant sur pied des mesures incitatives et d’accompagnement destinées aux investisseurs souhaitant produire localement, faciliter la création d’un salon annuel destiné aux professionnels du secteur qui pourront y promouvoir leur savoir-faire, rencontrer des clients ou des partenaires potentiels. Les opérateurs de cette industrie demandent aussi un accompagnement dans la structuration de la filière sport à travers la création d’une instance représentative en vue d’intégrer la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), la création d’une instance (agence ou haut-commissariat) apolitique et indépendante qui serait exclusivement chargée du domaine sportif, mais aussi celle d’incubateurs spécialisés qui accompagneraient de jeunes start-up innovantes dans le domaine du sport. Ces incubateurs pourraient être installés dans les grands stades de Casablanca, Marrakech et Tanger. Rappelons que l’industrie du sport pèse 1,1% du PIB et emploie pas moins de 240.000 personnes.

«Cette étude a été nécessaire dans un premier temps pour évaluer concrètement l’impact de la crise afin d’attirer l’attention du gouvernement sur la gravité de la situation d’un secteur incontournable au Maroc, tant sur le plan sanitaire qu’économique. Dans un second temps, elle a permis aux professionnels concernés de proposer des actions qui pourraient à leurs yeux sortir leur secteur de cette crise et accompagner ensuite son développement», fait valoir Mehdi Sekkouri, directeur général de Stadia. Fruit d’une enquête réalisée durant trois mois auprès des opérateurs privés du secteur (salles de fitness, équipementiers, agences, clubs, enseignes spécialisées, médias, start-up, etc.), cette étude a pour vocation de dresser un état des lieux d’un secteur impactant la santé et l’économie. Parlant d’état des lieux, la Covid-19 a sérieusement fragilisé cette industrie.

État des lieux à la réouverture
L’étude révèle que 98% des entreprises ont été profondément impactées par la pandémie, à l’image du secteur qui affiche plus de 64% de baisse d’activité au Maroc. On apprend également que 28% des entreprises ont dû arrêter leurs activités pendant plus de six mois. 6,8 salariés par entreprise ont perdu leur emploi, de même que 53% des entreprises ont dû se séparer d’une partie de leurs salariés. 43,2% des entreprises ont, elles, opté pour une baisse des salaires de leurs collaborateurs. Enfin, 84% des entreprises considèrent que les mesures gouvernementales n’étaient pas à la hauteur de la gravité de la situation. 

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page