Maroc

Importations de céramique : Les opérateurs espagnols contre-attaquent

L’administration espagnole a rallié la cause des céramistes espagnols et offre son assistance à la filière pour remporter la bataille contre les producteurs marocains.

La filière espagnole compte désormais sur un allié de poids, pour faire valoir sa position auprès de l’administration marocaine. L’Exécutif espagnol, à travers son secrétariat d’État au commerce, s’est impliqué dans cette affaire pour défendre les intérêts de la filière espagnole, suite à requête d’antidumping déposée par la filière marocaine. Celle-ci accuse sa consœur espagnole de ruiner le secteur national en vendant ses produits à des prix en dessous de ceux pratiqués sur le territoire espagnol.

De même, le gouvernement espagnol a appelé la Commission européenne à ce qu’elle vienne à la rescousse et qu’elle appuie les actions menées par les professionnels et le gouvernement ibériques. Les autorités espagnoles sont conscientes que ce procès sera long et fastidieux, et que ces péripéties peuvent se prolonger jusqu’à 18 mois. Selon des sources citées par le journal El Mundo, au sein du secrétariat d’État espagnol, le processus déclenché par les autorités marocaines est normal et il est conforme aux normes établies par l’Organisation mondiale du commerce.

Le département ministériel espagnol estime que les producteurs nationaux sont dans leur droit de réclamer une enquête s’ils estiment que des indices de dumping existent. Mais pour cela, ils doivent présenter des arguments en béton prouvant que les importations espagnoles portent préjudice à la filière marocaine, estiment l’administration espagnole. Durant cette enquête menée par le ministère délégué au Commerce extérieur, les Espagnols auront aussi droit de présenter leur argumentation.

L’Exécutif ibérique s’est même offert de leur fournir le conseil et l’assistance juridique nécessaires pour faire valoir leurs droits. En effet, le secrétariat d’État au commerce extérieur travaille conjointement avec l’Association espagnole des fabricants de carreau et de revêtements céramiques (Ascer). De surcroît, la mission commerciale espagnole au Maroc maintient un contact permanent avec les autorités marocaines compétentes afin de veiller sur les intérêts du secteur espagnol.

Les entreprises espagnoles, ayant exporté leurs produits vers le Maroc en 2015, devraient apporter des documents concernant ces envois. La mesure concerne aussi les importateurs marocains qui se sont approvisionnés auprès du marché espagnol. La forte mobilisation des professionnels ibériques s’explique par la portée du marché national pour le secteur ibérique. Le Maroc occupe la 9e position en tant que destination des exportations espagnoles de produits céramiques et ses dérivés. Des envois qui ont totalisé en 2015, la somme de 70 millions d’euros.


 

Paradoxe espagnol !
Les professionnels espagnols sont peu optimistes. Outre le litige les opposant à la filière marocaine, les professionnels espagnols risquent d’être inondés par les produits chinois, à bas prix. En effet, la protection européenne, sous forme de droits de douane à l’encontre des produits céramiques made in China, s’apprête à prendre fin en 2016. D’où les réclamations de maintenir cette «protection» pour sauver la filière espagnole ! En somme, la même requête réclamée par les professionnels marocains qui se sentent impuissants devant l’invasion des produits fabriqués de l’autre rive de la Méditerranée.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page