Maroc

Impact de la guerre en Ukraine sur l’économie nationale : des mesures enclenchées

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Nasser Bourita, et la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, ont présidé, ce jeudi à Rabat, une réunion de travail avec Bank Al-Maghrib, Tamwilcom, l’Office des Changes et les présidents de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et du Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) à l’effet de prendre connaissance de la situation économique et financière nationale, d’examiner les impacts potentiels de la crise ukrainienne sur l’économie marocaine et de proposer des solutions aux opérateurs économiques pour faire face à la conjoncture actuelle.

Ont également pris part à cette réunion, Bank Al Maghrib, Tamwilcom et l’Office des Changes, indique un communiqué du ministère de l’Economie et des Finances.

« Les participants ont pu prendre connaissance des derniers indicateurs conjoncturels. L’activité économique au Maroc en 2021 a connu un rebond du fait de redressement de plusieurs secteurs et branches de l’économie nationale. Ceci a permis de rattraper l’écart de production enregistré en 2020 et ce, à la faveur des mesures prises dans le cadre du plan de relance et des progrès notables enregistrés en matière de vaccination », indique la même source.

En 2022, l’économie nationale est appelée à relever des défis en lien avec l’envolée à l’international des prix des matières premières et énergétiques, accentuée par la crise ukrainienne. Dans ce contexte, Nasser Bourita et Nadia Fettah Alaoui ont tenu à assurer les opérateurs économiques du soutien et de l’accompagnement du gouvernement pour faire face aux difficultés pouvant découler de cette situation.

Ainsi et eu égard aux résultats favorables réalisés dans le cadre de la mise en œuvre des programmes d’appui au financement des entreprises, notamment les dispositifs Covid-19, et afin de renforcer l’appui au financement du cycle d’exploitation et la relance de l’investissement des entreprises, il a été décidé

  • de relever les plafonds de garantie au titre de l’offre classique « Tamwilcom » afin d’augmenter le potentiel d’offre de crédits de trésorerie
  • de rééchelonner les crédits « Oxygène et relance » pour une durée pouvant atteindre 3 ans.

D’autres mesures seront prises en fonction de l’évolution de la situation, note le communiqué. A cet effet, il a été convenu de maintenir ce cadre de concertation qui bénéficiera de l’appui du Ministère des Affaires Etrangères de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page