Maroc

Fès/trafic des diplômes : les poursuites contre les profs de l’USMBA annulées

Après plus de deux ans de poursuite judiciaire dans l’affaire «Trafic des diplômes», la Cour d’appel de Fès vient d’annuler toutes les poursuites judiciaires à l’encontre des professeurs et fonctionnaires de l’USMBA de Fès. Par ailleurs, les deux courtiers, poursuivis pour délit d’escroquerie et participation à l’escroquerie, ont été condamnés à un an et six mois de prison.

Après la condamnation en première instance, d’un professeur de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès à un an de prison et 5.000 dirhams d’amende pour «corruption et abus de pouvoir» dans l’affaire du «Master contre l’argent», la Cour d’appel de Fès a annulé, la semaine dernière, toutes les poursuites judiciaires à l’encontre du professeur et d’un étudiant au master, accusé dans cette affaire.


La Cour d’appel a également ordonné la restitution de la caution aux deux principaux mis en cause, et décidé de rejeter la requête de l’Université Mohamed Ben Abdellah, qui s’est constituée partie civile dans l’affaire, pour absence de compétence. Par ailleurs, le juge près la Cour d’appel de Fès a condamné les deux courtiers, objet de l’enregistrement audio, à un an et six mois de prison. Notant que durant cette audience, la cour a accepté le recours en annulation du chef d’accusation de corruption, déposé par la défense des deux prévenus dans l’affaire. Le doctorant (courtier) devra répondre du seul délit d’escroquerie, alors que son cousin est poursuivi pour participation à l’escroquerie. Selon l’enregistrement, un certain Youssef, dont les propos ressemblent à un intermédiaire commercial, proposait à l’étudiant de s’inscrire dans le master «droit des litiges publics», une des branches juridiques à l’Université de Fès, contre le paiement de 40.000 DH avec la possibilité de revoir ce prix. Il faut rappeler que c’est le Secrétaire d’État chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadi, qui a annoncé l’ouverture d’une enquête pour vérifier la véracité de l’enregistrement et des informations fournies par le courtier. L’affaire a été prise très au sérieux par les éléments du bureau de la police judiciaire de Fès. Il y a un an, la chambre criminelle près le Tribunal de première instance de Fès avait condamné à un an de prison et 5.000 dirhams d’amende un enseignant universitaire et coordinateur du Master de droit à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES) à Dhar El Mehraz.

Le juge a condamné également à un an de prison un doctorant qui servait d’intermédiaire dans l’affaire, tandis que le cousin de ce dernier avait été condamné à 8 mois de prison. Un autre mis en cause avait écopé d’une peine allégée de deux mois de prison avec sursis. Suite à ce scandale, plusieurs étudiants, diplômés, professeurs et responsables de l’USMBA de Fès ont dénoncé toute mauvaise pratique qui peut nuire à la réputation et à la qualité des diplômes de l’université. Le collectif a rappelé la qualité des formations, des diplômes et des critères de présélection rigoureux et transparents dans la plupart des masters de l’université, tout en dénonçant les mauvaises pratiques adoptées par une minorité de personnes au sein de l’université, ce qui porte préjudice à la crédibilité des diplômes de l’enseignement supérieur à l’université à travers le contournement des critères d’accessibilité au Master. 

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page