Maroc

Fès-Meknès : le nouveau Conseil régional trace sa feuille de route

Abdelouahed El Ansari, nouveau président de la région de Fès-Meknès, a tenu plusieurs réunions pour préparer les projets prioritaires qui devront être programmés avant l’année 2022.  Le nouveau bureau  du conseil a  également préparé un projet pour réviser l’arrêté fiscal relatif à l’extraction minière dans la région.

Le bureau du Conseil de la région Fès-Meknès a tenu, dernièrement, une série de réunions consacrées à l’examen des projets prioritaires qui devront être programmés avant l’année 2022. En effet, ces réunions ont concerné la préparation de la deuxième session extraordinaire, qui sera axée sur l’achèvement de la formation du cadre institutionnel du conseil, à travers la constitution de commissions permanentes et l’élection de leurs présidents et vice-présidents, conformément à l’article 28 de la loi organique des régions et du chapitre six du règlement intérieur du Conseil de la région. D’après des sources au sein du conseil régional, le nouveau bureau du conseil, présidé par Abdelouahed El Ansari, a procédé à la création de sept commissions permanentes. Il s’agit, notamment, de la Commission du budget, des affaires financières et de la programmation, la Commission du développement économique, social, culturel et environnemental, la Commission de la formation et de la promotion de l’emploi, la Commission de l’aménagement du territoire, la Commission des relations extérieures et de la coopération, la Commission de l’agriculture et du développement rural, en plus de la Commission de la femme, des jeunes et des sports. Notons que la prochaine session extraordinaire, prévue ce jeudi, portera sur la constitution des groupes du conseil, comme prévu aux termes de l’article 27 de la loi organique des régions et du chapitre sept du règlement intérieur du Conseil de la région.

Concernant les préparatifs du bureau pour le lancement du reste des projets de conventions de partenariat, qui s’inscrivent dans le cadre du contrat-programme entre l’État et la Région, le président du conseil,  El Ansari, a également préparé un projet d’ordre du jour de la troisième session extraordinaire. Cette dernière se penchera, entre autres, sur les programmes de désenclavement, l’élaboration du plan directeur du transport régional, le programme de relance et de valorisation des produits de terroir, ainsi que la construction et l’équipement du SAMU social. Les membres du bureau ont également procédé à l’étude et l’approbation du projet de budget de la région, au titre de l’exercice 2022. Les membres du bureau ont aussi étudié un projet relatif au financement de la mise en œuvre d’un projet pilote visant à améliorer le cadre de vie de la population rurale dans les zones montagneuses affectées par les changements climatiques dans la région, ainsi que des projets liés à la création et à l’extension de quartiers universitaires dans la région.

Mieux exploiter les ressources du sous-sol
Pour améliorer ses ressources financières, le nouveau bureau propose également un projet pour l’actualisation de l’arrêté fiscal relatif à l’extraction minière. Surtout que la région est l’une des principales régions minières du Royaume. Cette vocation est favorisée par la présence d’une structure géologique variée et réputée par la concentration de nombreuses substances minérales qui font l’objet de recherche ou d’exploitation comme le plomb, le zinc, l’argent, le manganèse, la barytine, l’antimoine et le talc. La région est réputée également pour ses gisements de ghassoul, un produit constitué d’une terre argileuse brune qui possède des propriétés détersives et dégraissantes.

Les carrières de ghassoul sont situées près de la commune rurale de Ksabi (Province de Boulemane) sur une superficie de 25.000 ha et produisent, annuellement, 2.830 tonnes, dont 75% sont destinés à l’export. De nombreux gisements de sel sont également exploités entre Fès et Tissa, à proximité de Ain Kansara. Pour ce qui est du calcite, plusieurs gisements sont situés au Sud-Est de Boulemane, à Jbel Mehdi. Rappelons que des travaux de prospection ont révélé l’existence de nouvelles réserves évaluées à 15 millions de tonnes prédisposant pour une utilisation dans la fabrication de la peinture et du plastique. D’autres potentialités minières importantes ont été identifiées dans la région, telles que les schistes bitumineux de Timahdite, dont les réserves sont estimées à 18 milliards de tonnes. Outre ces gisements, près de 326 carrières sont exploitées dans la région pour la production de différents matériaux de construction, de matières premières pour la poterie, les briques et le marbre. La province de Sefrou compte 76 exploitations, Taounate en possède 55 et Taza 52.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page