Maroc

Fès-Meknès: le dispositif d’aide aux agriculteurs activé

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Pour le soutien des agriculteurs et la préservation des exploitations arboricoles, le ministère de l’Agriculture a opté pour des mesures immédiates afin d’atténuer l’impact de la tempête de grêle. La MAMDA et le Crédit agricole du Maroc sont mobilisés pour accompagner ces mesures afin de faire face aux dégâts subis par la région.

Suite aux importants dégâts occasionnés par la grêle dans la Région Fès-Meknès, le ministère de l’Agriculture de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a annoncé une série de mesures «exclusives» pour l’appui des agriculteurs et la préservation des exploitations arboricoles dans la région. La dernière estimation quantitative du diagnostic a délimité la zone touchée à 31 communes dans 8 provinces (Boulemane, El Hajeb, Fès, Ifrane, Meknès, Moulay Yacoub, Sefrou et Taza) portant la superficie totale à 19.665 ha. Le dispositif mis en place porte aussi bien sur des mesures immédiates d’atténuation de l’impact de la tempête que sur des mesures structurelles. À court terme, le ministère compte lancer une campagne de réhabilitation des dégâts à travers le remplacement des arbres arrachés ou cassés par l’acquisition et la distribution de plants au profit des agriculteurs touchés (soit 100.000 plants) et de traitements d’appui aux vergers d’oliviers, de rosacées et de maraîchage. Cette opération consiste à traiter par des produits cicatrisants et des produits contre les maladies fongiques et bactériennes et les insectes pour renforcer la capacité de reprise et les repousses des arbres pour les 2 prochaines saisons. Dans le cadre des mesures structurelles, le ministère a élaboré un programme pour le renforcement et l’extension du réseau de générateurs anti-grêle à travers le doublement de l’existant par l’acquisition de 70 nouveaux générateurs pour étendre le réseau à toute la zone à risque de tempête. Notant que la dernière tempête a touché de nouvelles zones ne faisant pas partie des couloirs habituels répertoriés à risque. «Ayant montré leur efficacité dans la protection des vergers contre la grêle, notamment lors de cette dernière tempête, les filets anti-grêle seront davantage encouragés. Des actions d’incitations améliorées au profit des agriculteurs pour l’équipement de leurs vergers arboricoles de ce type de filet à travers une subvention améliorée ponctuelle adaptée au coût moyen actuel du marché, passant ainsi de 40 à 60%», précisent les responsables du ministère.


Une révision de l’offre d’assurance multirisque
Bien que la plupart des cultures impactées par la vague de grêle bénéficient du programme de garantie multirisque climatique arboriculture fruitière mise en place par le ministère de tutelle et géré par la MAMDA, la tutelle a décidé de réviser l’offre d’assurance multirisque actuelle, et ce en mettant en place un produit plus pointu et plus attractif avec des conditions améliorées notamment pour les petits agriculteurs à deux options, l’une couvrant les coûts de production (hors récolte) et l’autre couvrant la moitié de ces coûts. Le Crédit agricole du Maroc s’est également mobilisé pour accompagner les mesures préconisées par la tutelle afin de faire face aux dégâts causés par la tempête de grêle. A cet effet, la Banque a mis en place un dispositif spécifique pour apporter l’appui nécessaire à l’ensemble des agriculteurs sinistrés, clients et non-clients, et permettre ainsi aux opérateurs de dépasser cette conjoncture difficile en les accompagnant pour la continuité et le développement de leur activité. Ce dispositif s’appuie sur deux volets essentiels. Il s’agit du traitement de l’endettement et de l’accès au financement, tout en prenant en compte les spécificités de chaque catégorie d’agriculteurs. Ainsi, pour les producteurs clients de la Banque, le CAM prévoit, selon les cas, soit un report des échéances des crédits de campagne, soit un report avec décalage des échéances des crédits MLT, soit une consolidation de l’encours. A cela, il faut ajouter un financement des nouveaux investissements et du besoin en fond de roulement, ainsi qu’un financement de la prochaine campagne. Il faut noter que ces mesures pourraient être cumulées en fonction du degré de sinistralité constaté. D’ailleurs, pour les agriculteurs sinistrés qui ne sont pas clients de la banque, le CAM étudiera la possibilité de les accompagner pour le renouvellement de leurs investissements avec un financement du besoin en fond de roulement ainsi que de leur prochaine campagne..

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page