Maroc

Fès-Meknès : la CCIS encourage le recours à la médiation et l’arbitrage

La Chambre de Commerce, d’industrie et de services de Fès-Meknès encourage les commerçants et artisans de la région à recourir aux modes alternatifs de résolution des différends, notamment en s’adressant au Centre international de médiation et d’arbitrage (CIMA).

La Chambre de Commerce, d’industrie et de services (CCIS) de Fès-Meknès veut favoriser le recours aux modes alternatifs de résolution des différends, plus rapides et plus adaptés à la réalité de l’entreprise et aux transactions commerciales. Dans ce cadre, la chambre a organisé une rencontre d’information sur les missions et les finalités du Centre international de médiation et d’arbitrage (CIMA) de Fès-Meknès.


Lors de cette rencontre, l’accent a été mis sur l’importance de la diffusion de la culture de médiation et d’arbitrage parmi les commerçants, les professionnels et les opérateurs économiques, ainsi que sur le rôle catalyseur des modes alternatifs de règlement des différends dans la dynamisation de l’activité économique. À noter que le Centre présente des conseils juridiques dans le domaine du règlement des litiges et œuvre à la diffusion de la culture de médiation et d’arbitrage en matière de transactions commerciales.

«Ce Centre vise à développer des modes alternatifs de règlement des différends, et à assurer une médiation et un arbitrage institutionnels qui tiennent compte des dispositions de la loi et des usages commerciaux. Il permet la rapidité du règlement des différends et la préservation des secrets des parties en conflit», précise Jawad El Marhoum, président du CIMA, relevant de la CCIS de Fès-Meknès.

Il a, de même, mis en valeur l’intérêt des méthodes alternatives de règlement des différends dans l’amélioration du climat des affaires et l’attractivité territoriale des investissements. Rappelons que de grands efforts ont été déployés par la Chambre et ses partenaires pour l’entrée en service de cette nouvelle structure permettant d’assister les professionnels dans la bonne marche de leurs activités et l’amélioration du climat des affaires et des investissements dans la région.

Cette nouvelle structure, à caractère représentatif, se dit déterminée à accompagner les transformations économiques et juridiques que connaît le monde de l’économie et de l’investissement, et à ériger les mécanismes alternatifs de règlement des différends en un outil efficace, non seulement pour traiter les litiges avec souplesse, rapidité, confidentialité et impartialité, mais aussi pour promouvoir la diffusion de la culture de la médiation et de l’arbitrage, à travers l’élaboration d’un cadre législatif adéquat.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page