Maroc

Entretien avec Anouar Benazzouz: « les grands chantiers des Autoroutes du Maroc »

Anouar Benazzouz. Directeur général de la Société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM)

Quels sont les chantiers jugés prioritaires par ADM ? Dans quelles régions se situent-ils ?
Tous les chantiers d’infrastructure décidés et programmés par la Société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) sont indispensables. Certains sont prioritaires, d’autres moins, mais tous sont importants et s’inscrivent dans la stratégie de développement des infrastructures autoroutières du royaume. Parmi les grands chantiers prioritaires, on retrouve le grand projet d’élargissement à 2 x 3 voies de l’autoroute Casablanca–Berrechid et de l’autoroute de contournement de Casablanca, qui a démarré en 2016 et mobilisé un budget d’environ 400 MDH, financé par ADM et réalisé entièrement par des entreprises marocaines. Les travaux de la deuxième phase de ce grand projet ont été lancés en juin dernier, durant le confinement. Ce projet, qui concerne des sections autoroutières à fort trafic desservant des infrastructures vitales, a été scindé en 4 lots dont deux ont été attribués à de grandes entreprises BTP marocaines. Le lot 1 va de la bifurcation de Aïn Harrouda à l’échangeur de Tit Mellil (12,8 km), le lot 2 de l’échangeur de Tit Mellil à la bifurcation de Lissasfa (18,2 km), le lot 3 de l’échangeur de Sidi Maarouf à la gare de péage de Bouskoura (15,3 km) et le lot 4 de la gare de péage de Bouskoura au nœud autoroutier de Berrechid (10,7 km). Les travaux sont en cours d’exécution pour les lots 1 et 4, tandis que les projets relatifs aux lots 2 et 3 sont en cours de lancement (appel d’offres en phase finale d’adjudication).


Comment avez-vous géré la situation exceptionnelle de la pandémie ?
Depuis le mois de mars, le comité de direction se réunit quotidiennement en comité de crise. Il s’est attelé à mettre en place une stratégie de gestion de la crise dont les objectifs stratégiques sont la protection des usagers et de l’ensemble des ressources humaines d’ADM et de son écosystème, la continuité du service public aux standards de sécurité à l’adresse des usagers contraints de se déplacer, et la continuité d’un certain nombre de travaux de maintenance et de chantiers d’infrastructure complexes en cette période de faible trafic. Nous avions également comme objectif la préservation de l’écosystème marocain en ces circonstances exceptionnelles, l’assurance du maintien d’une activité minimale, l’optimisation de la trésorerie nécessaire, le décalage des charges et la disposition d’une liquidité minimale indispensable durant cette période pour atteindre les objectifs précités.

Quelle stratégie a été mise en place pour remplacer les pertes de cette période ?
De notre point de vue, une perte se gère mais ne se remplace jamais ! Partant de ce principe, ADM a mis en place un plan de rationalisation et de priorisation des dépenses, axé sur la réduction du budget des charges courantes liées principalement à l’activité de l’exploitation, et sur la reprogrammation des investissements liés à la construction d’infrastructure autoroutière, tout en maintenant les chantiers indispensables et prioritaires comme indiqué précédemment. Le montant global du budget annuel des investissements reprogrammés et de la rationalisation de celui de fonctionnement s’élève à 942 MDH. Cet effort permettra d’anticiper l’impact de la crise sanitaire sur le reste de l’année 2020 et en 2021.

Comment ADM est-elle arrivée à rationaliser ses dépenses?
Dans le cadre de l’optimisation et de la rationalisation de ses dépenses, et conformément aux instructions gouvernementales, ADM a identifié quatre leviers majeurs d’optimisation de sa trésorerie. Il s’agit, en premier lieu, de la réduction des charges courantes principalement liées à notre activité d’exploitation et de rationalisation des dépenses ; l’ensemble en phase avec la baisse du trafic, notamment la limitation au strict nécessaire de l’activité d’entretien courant et de la reprogrammation du budget d’investissement lié à la construction de certains chantiers d’infrastructure. Viennent ensuite la reprogrammation de certains chantiers relatifs aux charges d’entretien périodique de la chaussée en ne maintenant que ceux en cours d’exécution – le reste étant reporté tout en s’assurant du respect des normes de sécurité pour l’usager -, et enfin la réduction des charges du personnel.

Qu’en est-il de la gestion des ressources humaines?
À l’instar de toutes les entreprises du Maroc et d’ailleurs, ADM s’est attelée à rationnaliser les charges liées au personnel tout en essayant de préserver les emplois, notamment de son écosystème. Ainsi, nous avons procédé à un aménagement des conditions de travail pour limiter les déplacements en optant pour le télétravail. Nous avons également instauré un système de rotation des équipes contraintes d’assurer une présence physique pour les collaborateurs ne pouvant pas opérer leurs tâches à distance et incité le personnel à consommer les reliquats de congé antérieurs à 2020 et/ou de l’année en cours. Quant aux recrutements, ils ont bien entendu été reportés. Il est à noter que le système des avances sur salaire ainsi que le soutien des collaborateurs, revêtant la forme d’une aide sociale de la Fondation des oeuvres sociales des employés d’ADM, ont été maintenus.

Quel impact la crise a-t-elle eu sur les chantiers ?
Durant la crise sanitaire, ADM a décidé des actions fortes afin d’épauler au mieux le tissu économique qui gravite autour de son activité. Aussi, sauf dérogation imposée par les bailleurs de fonds, ADM applique systématiquement la clause de préférence nationale. Nous avons également assoupli les modalités de règlement des fournisseurs et raccourci les délais de règlement. La voie électronique a été privilégiée pour les contacts avec les fournisseurs, afin de tenir compte des contraintes sanitaires et de mobilité. Un portail des marchés relatif à la dématérialisation des procédures de passation des marchés d’ADM a été déployé le 29 avril 2020. Aujourd’hui, un portail électronique de dépôt des factures fournisseurs est en cours de déploiement, et la passation des marchés d’ADM a été maintenue, de même que les chantiers en cours d’exécution. 

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page