Maroc

Dessalement de l’eau de mer : La station de Jorf Lasfar opérationnelle

Inaugurée, lundi, par le roi Mohammed VI, la première phase de la structure peut traîter 25 millions de m3/an.


La première phase d’une usine de dessalement d’eau de mer d’OCP a été inaugurée lundi par le roi Mohammed VI, à Jorf Lasfar. La vocation de cette unité est d’économiser les eaux conventionnelles et d’assurer les besoins additionnels en eau, requis par le développement de l’axe Khouribga-Jorf Lasfar, avec le doublement des capacités des mines et le triplement des capacités de la valorisation industrielle. La station de dessalement, qui sera d’une capacité de 75 millions de m3/an, sera réalisée en trois phases. La première phase actuellement opérationnelle est d’une capacité de 25 millions de m3/an, laquelle sera augmentée, dans une deuxième phase, de 10 millions de m3/an, et de 40 millions de m3/an, une fois la troisième phase bouclée à l’horizon 2020. À noter  que le projet se situe à l’intérieur de l’enceinte d’OCP de Jorf Lasfar sur une superficie de 15 hectares. Il englobe une prise d’eau sur le canal d’eau de mer, une unité de prétraitement, une unité d’osmose inverse pour la production de 25 millions de m3 d’eau douce et, à terme, 75 millions de m3 à l’horizon 2020. Selon OCP, l’eau produite répondra aux normes de potabilité en vigueur (normes de l’Organisation mondiale de santé et normes marocaines). Il est envisagé que la station alimentera également la ville d’El Jadida, à travers l’ONEE avec environ 15 millions de m3 d’eau potable supplémentaires.

Un investissement de 800 MDH
Le projet est d’une grande envergue. Rien que la phase I a nécessité un investissement de 800 MDH, permettant ainsi la création, à terme, d’une centaine d’emplois. Déjà, pendant les phases des constructions de cette phase, 400.000 jours/hommes de travail ont été créés, dont, 93% pour les locaux. Les chantiers pour la construction de cette usine ont mobilisé 43 entreprises dont 33 marocaines. Pour dire que ce projet est d’une grande envergure. Dans le détail, la phase I se compose d’une unité de pompage d’eau de mer, à partir du canal principal alimentant le complexe industriel OCP à Jorf Lasfar, assurant un débit de 7700 m3/h ainsi qu’une station de dégrillage pour l’élimination des algues et impuretés supérieures à 3 mm. Il comprend également une unité de prétraitement d’eau de mer, à travers une coagulation, floculation à air dissout et flottation, afin d’éliminer les matières en suspension, les huiles et graisses ainsi que les matières colloïdales, d’une unité d’ultrafiltration pour éliminer les particules ultrafines (inférieures à 0,03 μm) d’une unité d’osmose inverse qui assure l’élimination des chlorures (à travers une hyper-filtration) composée de six trains comprenant six unités de pompage à haute pression (54-65 bars) et six systèmes de récupération d’énergie (échangeurs de pression permettant de récupérer plus de 40% de l’énergie électrique) et pour finir d’une unité de post-traitement assurant l’ajout de CO2 et de la chaux afin d’ajuster les caractéristiques requises pour l’eau potable. 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page