Maroc

Coopération : Agadir mise sur le partenariat Maroc-UE

Patricia Llombart Cussac, ambassadrice de l’UE au Maroc, a présidé à Agadir une mission composée d’ambassadeurs d’États membres de l’UE accrédités dans le Royaume, de conseillers et de représentants de la Banque européenne d’investissement. Ce déplacement de deux jours vise à valoriser le partenariat Maroc-Europe dans la région du Souss-Massa via le renouvellement de l’engagement en faveur d’un partenariat multidimensionnel. 

Présidée par Patricia Llombart Cussac, ambassadrice de l’UE au Maroc, une imposante délégation – composée d’ambassadeurs d’États membres de l’UE accrédités au Maroc, de conseillers et de représentants de la Banque européenne d’investissement (BEI) -, a effectué un déplacement de deux jours à Agadir.

Cette visite, organisée à l’occasion du Mois de l’Europe et qui se déroule dans un esprit «Team Europe», a pour objectif de valoriser le partenariat Maroc-Europe dans la région. Les acteurs régionaux rencontrés et les membres de la délégation ont affiché leur volonté de consolider leur coopération. Les membres de la délégation ont ainsi été reçus par le wali de la région de Souss-Massa et le président du Conseil régional. Ils ont également rencontré le bureau du Conseil communal d’Agadir.

Les échanges ont mis en exergue les priorités de développement d’Agadir et sa région, ainsi que l’action commune de l’Union européenne et de ses États membres en tant que partenaires engagés, notamment dans la lutte contre le changement climatique. «Le but de cette visite est de mettre en valeur l’importance d’Agadir, chef-lieu du Souss-Massa dans le cadre du partenariat avec l’UE et la concrétisation des projets, objets de ces partenariats, en termes d’investissement et de développement socioéconomique.

Il s’agit aussi de participation citoyenne, et d’appui à la jeunesse. Nous sommes aussi à Agadir pour écouter et mieux comprendre afin d’étudier comment nous pouvons étroitement travailler, surtout en matière de chantiers d’avenir engagés et d’ambitions affichées par les acteurs de la région», a souligné Patricia Llombart Cussac.

Un partenariat multidimensionnel
Saluant le rôle dynamique que joue la région, avec l’apport de ses forces vives – autorités, élus, société civile et jeunesse – au tissu économique du pays, Patricia Llombart Cussac a ajouté que « l’Union européenne et ses États membres renouvellent l’engagement en faveur du partenariat multidimensionnel et de l’accompagnement du Royaume dans ses efforts pour une économie plus résiliente et durable ».

De son côté, Mustapha Bouderka, premier vice-président du Conseil communal d’Agadir a expliqué «qu’au cours de la première réunion inscrite à ce programme (qui a été tenue à l’hôtel de ville, en présence de la délégation européenne), les grandes lignes du Plan d’action communal (PAC) ont été présentées».

Dans ce sens, «plusieurs sujets ont suscité leur intérêt à commencer par la question de la mobilité urbaine et l’environnement, en plus de l’emploi des jeunes». Rappelons que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) figure parmi les premiers souscripteurs à l’émission obligataire de la Commune urbaine d’Agadir (CUA). Elle lui a, par ailleurs, octroyé un don d’un million d’euros sous forme d’assistance technique dans le cadre du programme des villes vertes.

Visites de terrain
Lors de la première journée de ce programme, les ambassadeurs européens ont visité des projets soutenus et mis en œuvre dans le cadre du partenariat entre le Maroc, l’Union européenne et ses États membres tels que l’Institut national de recherche halieutique (INRH) d’Agadir, où se développe, avec l’appui de l’UE, une recherche scientifique de pointe, notamment pour la préservation de la biodiversité marine.

Ils ont aussi rencontré des membres de coopératives et des jeunes entrepreneurs bénéficiant d’un accompagnement européen pour la création de fermes aquacoles. Les membres de la délégation ont ensuite visité l’usine agro-alimentaire «Conital».

Il s’agit d’une unité de transformation de produits alimentaires, fruit d’un investissement direct européen. Ils ont également visité, en plus du parc paysager Ibn Zaydoun, la Kasbah historique d’Agadir Oufella avec transport en téléphérique (le premier au Maroc). Pour rappel ce projet a été réalisé grâce à une technologie européenne.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Visas Schengen: rien ne va plus entre le Maroc et la France



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page