Maroc

Constitution d’une commission interministérielle pour la surveillance des marchés et des prix

Une réunion ministérielle, tenue jeudi au siège du ministère de l’Intérieur à Rabat, a été marquée par l’activation d’une commission interministérielle de haut niveau chargée de la veille qui assurera jusqu’à la fin du mois de Ramadan le suivi de l’état d’approvisionnement des marchés nationaux et des prix des denrées de base, le traitement des problématiques, ainsi que l’encadrement et le renforcement des administrations et instances compétentes.

Cette commission est composée des ministres de l’Intérieur, de l’Économie et des Finances, de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, de l’Industrie et du Commerce et de la Transition Energétique et du Développement durable.

Cette réunion a été consacrée à l’examen des moyens de mise en œuvre des différentes mesures nécessaires qui permettraient de répondre aux besoins du marché national et d’assurer un stock suffisant et régulier de tous les produits de base, outre les mesures à même d’assurer la sécurité du consommateur, de préserver son pouvoir d’achat et de lutter contre les différentes pratiques illégales. Il est vrai que « les prix ne peuvent subir des modifications que par le jeu de l’offre et de la demande », comme l’a indiqué le président du Conseil de la Concurrence, Ahmed Rahhou, mais il existe des pratiques auxquelles ont recours les spéculateurs et les courtiers entraînant la hausse des prix de certains produits, ce qui nécessite une vigilance et une mobilisation constantes pour y faire face, notamment à l’approche du mois sacré du ramadan qui connaît une augmentation de la demande pour les biens de consommation, en général.

Au cours de cette réunion, l’accent a été mis sur la nécessité d’intensifier le travail des commissions de contrôle au niveau de l’ensemble des régions, préfectures et provinces et préfectures d’arrondissements du Royaume sous la supervision effective des walis et des gouverneurs pour assurer le suivi régulier des différentes chaînes de production, de commercialisation et de la situation des marchés, traiter les éventuels dysfonctionnements relevés au niveau local, garantir la transparence des transactions commerciales, faire face à toutes les pratiques suspectes et prendre les sanctions nécessaires en cas de violation avérée des lois en vigueur.

Il a été également souligné la nécessité de renforcer le processus de contrôle continu sur le terrain, moyen le plus efficace pour soutenir le pouvoir d’achat des citoyens, maintenir la stabilité des prix, assurer un approvisionnement régulier des marchés, aborder avec la rigueur et la fermeté nécessaires toute forme de spéculation, de monopole et de diverses pratiques illégales qui perturberaient le bon fonctionnement des marchés et porteraient atteinte à la santé, à la sécurité du citoyen et à son pouvoir d’achat, en plus d’appliquer les sanctions nécessaires en cas de violation avérée des lois en vigueur dans le domaine des prix, des transactions commerciales et de la protection des consommateurs.

Le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch avait appelé, à l’ouverture des travaux du conseil de gouvernement, à accroitre le contrôle de l’état d’approvisionnement des marchés du Royaume en denrées alimentaires, à renforcer le suivi en matière de distribution et de qualité et à traquer et sanctionner les auteurs de toute infraction ou tout comportement opportuniste.

Durant la réunion, des mesures ont été prises pour assurer la priorité de l’approvisionnement du marché national en produits agricoles en quantité suffisante avant de recourir aux circuits d’exportation, ce qui aura une incidence positive sur la stabilité.

Cette procédure vient renforcer d’autres mesures préventives prises par les départements gouvernementaux concernés qui contribueraient à stabiliser les prix des denrées alimentaires dans les jours et les semaines à venir, à l’instar de la poursuite de la subvention des prix du transport, de l’annulation de la taxe sur la valeur ajoutée et de l’arrêt de la perception des droits de douane sur l’importation de bovins destinés à l’abattage, permettant l’importation de près de 30.000 têtes, contribuant ainsi, à faire baisser les prix de vente au détail de la viande. La ministre de l’Économie et des Finances avait indiqué, dans une déclaration à la presse à l’issue de cette réunion, que les prix de la viande et des légumes devraient connaitre une baisse au cours des prochains jours ou semaines, grâce à des mesures « importantes » prises par le gouvernement pour réduire la hausse des prix et assurer l’approvisionnement des marchés.

Cette réunion a été l’occasion pour les ministres concernés d’évoquer certaines données sur les chaînes de production de nombre de produits agricoles et de rassurer quant à l’impact positif prévu au cours des prochains jours ou semaines, de certaines mesures préventives prises. La production de légumes et de tomates cette année a atteint un bon niveau et la récente hausse des prix des tomates est attribuée à la vague de froid que connaît actuellement le Royaume.

Il est prévu que les prix de la tomate enregistrent, durant les semaines à venir, une baisse avec le retour de températures plus clémentes, ce qui contribuera à la maturité des cultures nationales et à leur disponibilité sur les marchés.

Aussi, l’opérationnalité de la mise en place de nouveaux cycles agricoles, notamment pour les oignons et la pomme de terre, permettra de renforcer leur disponibilité sur le marché de manière à répondre aux besoins des consommateurs et partant impacter leur prix.

Les récentes pluies et chutes de neige enregistrées dans plusieurs régions du Royaume, ainsi que celles attendues dans les prochains jours, permettront, quant à elles, d’améliorer le couvert végétal et un retour à la normale de la production nationale.


Impôts: le Fisc lance la traque aux fausses factures



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page