Maroc

Complexe horticole d’Agadir : le campus régional d’excellence et d’incubation prend forme

Arrivé à son terme, le Complexe horticole d’Agadir, relevant de l’IAV Hassan II, dévoilera en fin de semaine son chantier tant attendu englobant plusieurs structures d’appui, notamment le centre d’excellence horticole, l’incubateur dédié aux projets d’agri-business, le projet de restructuration de la station expérimentale, ainsi qu’un consortium pour la recherche, le développement et l’innovation agricole.

Réputée pour être à la fois le premier bastion de production et d’exportation des fruits et légumes à l’échelle nationale, la région Souss-Massa entend renforcer cette vocation agricole. Pour aller au-delà de ce positionnement, le Complexe horticole d’Agadir (CHA), relevant de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV), dévoilera son chantier tant attendu qui englobe plusieurs structures d’appui.

Il s’agit du centre d’excellence en horticulture réalisé dans le cadre de la coopération maroco-néerlandaise, de l’incubateur dédié aux projets d’agri-business et du projet de restructuration de la station expérimentale. Arrivé à son terme, ce projet intégré axé sur la Recherche, le Développement et l’Innovation a été lancé, depuis plusieurs années, par le Complexe horticole d’Agadir.

L’ensemble des structures seront officiellement inaugurée en présence des acteurs clés de l’écosystème de la recherche et du développement agro-technique à commencer par Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, le ministre de l’Agriculture des Pays-Bas et le président de la Chambre de commerce et d’industrie Maroc-Israël. Étalé sur 8.000 m2, le centre d’excellence en horticulture est une structure high-tech pour la recherche scientifique.

Ce bâtiment table, en termes de prévisions, sur l’élaboration de cinq doctorats par an, soit la formation de 50 docteurs à l’horizon 2033. Il s’agit aussi d’une offre de formation pratique pour les étudiants à hauteur de 25 stages/an et 12 sessions de formation continue au profit des étudiants et producteurs.

L’incubateur régi par un groupement d’intérêt public
S’agissant de l’incubateur dédié aux projets d’agri-business, cette structure, qui est régie par un groupement d’intérêt public appelé «Agri Business Incubateur (ABI)», fait partie de ce «Campus d’excellence régional». Alors que la convention portant la création du groupement d’intérêt public, qui est le porteur de l’ABI, a été déjà conclue depuis mars 2015.

Ce projet vise à accompagner la création et le développement d’entreprises innovantes via l’incubation et à assister les porteurs de projets innovants et technologiques. Dans le détail, le business modèle de l’incubateur et ses partenaires seront dévoilés dans le cadre de cette journée inaugurale du centre d’excellence horticole et de l’incubateur. De surcroît, cette structure offrira quatre programmes, dont celui de l’incubation proprement dit destiné à libérer le potentiel de talent des jeunes entrepreneurs locaux.

Les entrepreneurs sélectionnés bénéficieront d’un accompagnement pour créer leurs entreprises à travers un processus d’incubation de 4 mois comprenant un mentorat personnel et une assistance technique externe personnalisée. Les entrepreneurs accompagnés pourront immatriculer leur entreprise, développer un produit… S’agissant du programme d’accélération, il cible les entrepreneurs incubés et autres expérimentés qui ont une nouvelle startup de solutions innovantes. Ces entrepreneurs bénéficient d’un mentorat pratique de 8 mois.

Pour le Programme d’excellence, il destiné aux étudiants chercheurs du CHA, en partenariat avec des chercheurs israéliens et des experts mondiaux, afin de présenter des solutions innovantes dans le domaine de l’agritech et de l’irrigation. Par ailleurs, le Programme B to B vise le développement commercial pour les startups et les entreprises, et la facilitation des sites bêta.

La station expérimentale et le consortium RD en appui
Pour sa part, le projet de restructuration de la station expérimentale du CHA, d’une superficie globale de 25 hectares, s’assigne pour objectif de dispenser la formation pratique et recherche appliquée. Elle se positionne comme une plateforme régionale potentielle pour le transfert du savoir et des technologies. La présentation du projet de restructuration de la station expérimentale du CHA sera présentée, ce samedi, par Farid Lekjâa, directeur du Complexe horticole d’Agadir.

Dans le cadre de ce projet, sa restructuration a été nécessaire pour une meilleure exploitation de ses ressources au service de la recherche scientifique, la formation de la nouvelle génération d’entrepreneurs agricoles et l’accompagnement des agriculteurs dans la transition technologique du secteur. Dernier point mais non des moindres, qui renforcera le positionnement de ce projet, la création d’un consortium pour la recherche, le développement et l’innovation agricole avec plusieurs partenaires relevant du privé dans le cadre des alliances.

En effet, le Complexe horticole d’Agadir a créé cette communauté où sont regroupés scientifiques, agronomes, entreprises innovantes, producteurs agricoles, institutions financières, établissements étatiques, associations et prescripteurs de technologies.

Par ailleurs, il est à noter que le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime compte généraliser l’expérience de «l’Agri business incubateur (ABI)» du Complexe horticole d’Agadir puisqu’il avait déjà lancé, en 2016, une étude portant sur l’élaboration d’un plan national pour la création d’incubateurs agricoles régionaux. La mise en place de ces structures permettra l’élaboration d’une vision stratégique afférente à l’installation de ces incubateurs régionaux et pourra ainsi proposer leurs mécanismes de gouvernance et de pilotage.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page