Maroc

Automobile : au Maroc, les ventes encore affectées par les pénuries

Pas de répit pour les concessionnaires automobiles. La pénurie des puces électroniques impacte les stocks et, par ricochet, les ventes qui sont en baisse de près de 3% en novembre.

Le marché automobile est plongé depuis plusieurs mois dans une crise des composants électroniques qui plombe littéralement les ventes. Une situation qui s’ajoute à l’épisode du covid-19 qui a laissé des traces et qui devrait continuer à impacter les opérateurs tant que la pandémie n’est pas maîtrisée. En attendant, les ventes de véhicules neufs se sont affaissées en novembre affichant une baisse qui a avoisiné les 3%, à 12.953 unités. Cette contraction est en grande partie attribuable au recul de 4% des ventes de véhicules pour particuliers, à 11.355 unités. Ce repli a été légèrement contrebalancé par les ventes d’utilitaires légers qui ont progressé de près de 7%, à 1.598 unités.

D’après nos informations, la demande est bien présente mais elle est confrontée à la pénurie de stocks causée par la crise des semi-conducteurs. C’est tout particulièrement le cas de quelques marques généralistes, comme le confie un opérateur qui a requis l’anonymat, lesquelles ont, semble-t-il, été sévèrement impactées par cette pénurie de puces électroniques, à travers une insuffisance manifeste des stocks. Notre source se dit même surprise de la faible ampleur de la baisse qu’elle estime plutôt légère par rapport à ses prévisions. Une chose est certaine, c’est que cette évolution négative est totalement due à ces ruptures de semi-conducteurs. Si certaines marques parviennent à tirer leur épingle du jeu, d’autres éprouvent toutes les difficultés du monde à passer le cap. Ceci dit, notre professionnel se veut optimiste pour décembre.

«Je pense, effectivement, que le mois de décembre sera meilleur que novembre et ce pour plusieurs raisons. D’abord une demande qui se renforce. Ensuite, cette période représente, généralement, au moins 1,5 voire 2 fois ce qui est réalisé lors d’un mois normal», se projette-t-il.

Toutefois, ce scénario risque d’être quelque peu contrarié par le problème des puces électroniques qui ne lui permettrait pas d’être au même niveau que celui des mois de décembre des années précédentes. Notre source estime, par conséquent, que les ventes devraient, tout de même, rester globalement orientées vers la hausse au terme de l’exercice 2021. Lequel devrait ainsi faire mieux qu’en 2019 qui était une année référence. Ce qui est un bon présage pour l’année à venir. Une chose est sûre : l’on ne devrait certainement pas assister, contrairement aux autres années, à des campagnes de promotions et de déstockages monstres compte de la situation. En attendant, le marché ressort en hausse sur les 11 premiers de l’année. En effet, les ventes cumulées à fin novembre atteignent 156.920 unités, en augmentation de près de 9% par rapport à 2019.

Sami Nemli  / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page