Maroc

Archéologie : une nouvelle vie pour le site de Sijilmâsa

Le projet de mise en valeur du Site de Sijilmâsa vient d’être présenté. Un appel à manifestation d’intérêt international est lancé dans ce sens. Son objectif est de valoriser ce site, tant au niveau scientifique qu’archéologique, et de le réhabiliter en vue de lui redonner la place qui est les sienne.

Un air de renouveau s’apprête à souffler sur Sijilmâsa. Un projet de mise en valeur de ce site a, en effet, été présenté en début de semaine à Rabat, matérialisé par le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt international visant à promouvoir la recherche archéologique, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel. Il s’agit, comme l’a bien expliqué le Secrétaire général du département de la Culture Abdel-ilah Afifi, de valoriser ce site, tant au niveau scientifique qu’archéologique, et de le réhabiliter en vue de lui redonner la place qui est les sienne. L’appel à manifestation qui a été lancé représente une première à l’échelle nationale. Lancé dans le cadre de la coopération internationale, ce projet permettra par ailleurs de relancer les programmes de fouilles archéologiques dans un site majeur dans l’histoire du Maroc.


Dans le cadre de cet appel à manifestation, cinq secteurs aptes à faire chacun l’objet d’un projet de recherches à part ont été identifiés, en plus d’un sixième projet pouvant être développé au niveau de la forteresse médiévale de Jbel al Mudawwar (environ 15 km à l’ouest du site archéologique de Sijilmâsa), selon le représentant du ministère de la Culture.

«Ce prestigieux programme d’appel à manifestation d’intérêt international à pour objectif de valoriser les résultats des recherches à entreprendre, à travers une coopération entre les enseignants chercheurs marocains en collaboration avec les université étrangères», a-t-il ajouté. Et le directeur de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP), Abdelouahed Ben-Ncer, d’expliquer que cet appel à manifestation d’intérêt international à pour but d’engager la mise en place d’une nouvelle génération de projets de fouilles archéologiques d’envergure dans le site de Sijilmâsa.

En outre, et une fois les fouilles archéologiques achevées, le site pourra accueillir le public, avec des aménagements installés, en plus de la création d’infrastructures permettant de faire connaître ce patrimoine prestigieux, mais aussi l’intégrer dans les stratégies locales et régionales de développement économique. Faut-il le souligner, depuis sa fondation au VIIIe siècle, Sijilmâsa fut une glorieuse cité marchande, dont le rayonnement atteignit les contrées les plus lointaines du monde islamique médiéval, ainsi que les rivages de l’Europe chrétienne latine autant que juive. Cette renommée lui est venue de sa situation géo-économique paradoxale, celle d’une ville située à l’Extrême-Occident du monde islamique, en limite de l’œkoumène, bordant les affinités du désert saharien et en même temps tête de pont du commerce transsaharien, point de départ et d’arrivée des caravanes qui traitaient avec les royaumes sahéliens du Ghana et du Mali, avant son déclin à partir de la fin du XIVe siècle. 

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page