Maroc

Al Omrane : 6 MMDH consacrés à l’investissement en 2016

Le groupe Al Omrane se porte bien sur le plan financier. C’est ce qu’a tenu à assurer le président du directoire d’Al Omrane lors d’un point de presse tenu suite à la réunion du Conseil de surveillance du groupe mardi dernier. En 2016, Al Omrane compte investir plus de six milliards de dirhams contre 5,5 milliards de dirhams en 2015.


Le président du directoire du groupe Al Omrane dresse un bilan positif des «performances» de son institution en 2015. Chiffres à l’appui, Badr Kanouni (photo) met en avant les réalisations d’Al Omrane qui a mis en chantier un peu plus de 28.000 unités de production nouvelle et 79.000 unités de mise à niveau urbaine. Les efforts ont été également concentrés sur les achèvements avec près de 34.000 unités de production nouvelle et 67.700 unités de mise à niveau urbaine. Le social représente 75% de l’activité avec une prééminence pour les couches les plus démunies (lutte contre l’habitat insalubre et les bidonvilles, logement social…).

À ce titre, Al Omrane porte un intérêt particulier à l’habitat social à 140.000 DH bien que ce type de logements n’intéresse visiblement pas les habitants des bidonvilles. Initialement, ce projet est destiné à consacrer quelque 40.000 unités au relogement des habitants des bidonvilles et 25.000 aux habitants du milieu rural. Jusque-là, les travaux ont été finalisés pour quelque 35.000 unités. Pour créer l’engouement autour de ce produit, il s’avère nécessaire de relever le défi de l’emplacement du foncier, a tenu à préciser Badr Kanouni, lors de la conférence de presse organisée mardi dernier à Rabat. Or, la problématique de la mobilisation du foncier pour le lancement des opérations étatiques va s’accentuer à l’avenir. Avec le ministère de l’Habitat, le groupe a lancé une réflexion pour la constitution d’une réserve de l’État dédiée notamment à l’habitat au profit des couches démunies. Al Omrane a conclu également des accords avec des organes de l’État pour la mobilisation du foncier.

Il s’agit à titre d’exemple de mener des opérations en partenariat avec le ministère de l’Intérieur au niveau des terres collectives au profit des ayants droit. À cela s’ajoute la mise en place d’un fond interne de 250 MDH destinés à acquérir du foncier privé. Badr Kanouni reste optimiste sur cette question du foncier ainsi que concernant les investissements. En 2015, le groupe a mobilisé un investissement total de 5,5 MMDH. Le président du directoire du groupe met en avant le mode de gouvernance de son établissement ainsi que son engagement qui s’inscrit dans le cadre d’une production «saine et utile» et conforme aux besoins du marché. Sur cinq ans, près de 184.000 unités ont été mises en chantier et plus de 183.500 ont été achevées. Sur cette même période, qui a connu la mobilisation d’un investissement de plus de 31 MMDH, quelque 440.000 unités de mise à niveau urbaine ont été mises en chantier et 442.000 unités achevées.

En 2016, le groupe espère maintenir cet élan en mettant en chantier 25.000 unités d’habitat, 105.000 unités de mise à niveau urbaine et achever 34.300 unités d’habitat et 86.000 unités de mise à niveau urbaine. Sur le volet des investissements, plus de 6 MMDH seront débloqués. Le groupe entend entamer une nouvelle étape, adaptée aux grands chantiers du royaume à travers un projet global d’entreprise baptisé «CAP 2020» sur la période 2016/2025. L’objectif est de permettre à Al Omrane de relever les défis. Les enjeux sont en effet de taille. On peut citer entre autres la nécessité de mieux répondre aux orientations de l’État en particulier en ce qui concerne le droit au logement et les engagements du Maroc pour l’intégration des politiques de développement durable et de protection de l’environnement. L’idée est aussi d’accompagner le chantier de la régionalisation. Al Omrane a déjà conclu des conventions avec six régions. D’autres conventions sont en cours de préparation.

Pour mettre en œuvre la vision à l’horizon 2020, la nouvelle démarche a fixé cinq objectifs selon le président du directoire : remobiliser les équipes autour des défis clés du groupe, prioriser et s’assurer de la cohérence des projets en cours, accélérer les actions et projets de transformation, arrêter les nouveaux projets structurants du groupe et s’assurer du bon déploiement des projets et actions lancés.


 

Situation financière : Kanouni rassure
Comme nous l’annoncions dans notre précédente édition, Badr Kanouni rassure sur la situation financière d’Al Omrane. En témoigne, selon lui, le taux d’endettement qui est passé de 84% en 2010 à 64% en 2015 ainsi que l’absence d’un déficit financier. «En dépit d’une conjoncture difficile, la situation s’améliore», tient-il à souligner. Le groupe a pu maintenir son niveau d’activité physique et son chiffre d’affaires à hauteur de 4,6 MMDH. La problématique posée a trait au stock d’invendus chiffrés à 15 MMDH. «40% de ce stock est déjà vendu. Il s’agit juste d’une question de recouvrement qu’on ne compte pas jusqu’au remboursement du dernier dirham. Il reste seulement 9,5 MMDH», précise le président du directoire du groupe.

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page