Maroc

Agadir Souss-Massa : la Région valide 36 conventions totalisant 856 MDH

Le Conseil régional d’Agadir Souss-Massa assure un tiers du financement de ces projets. Ils ont fait l’objet de conventions de partenariat et de coopération validées lors de la session ordinaire de mars, soit 257 MDH répartis sur trois années. 

856 MDH. C’est le montant validé par le Conseil régional d’Agadir Souss-Massa, lors de sa session de mars, tenue en ce début de semaine, dans le cadre des projets financés en vertu du mécanisme de partenariat et de coopération. «Le Conseil régional assure un tiers du financement de ces projets, soit 257 MDH qui sont répartis sur trois années», a expliqué Karim Achengli, son président, lors de l’ouverture de cette session ordinaire.

Sur 39 points inscrits à l’ordre du jour de cette session, tenue conformément à la loi organique n°111-14, 36 points ont été consacrés à la validation des conventions avec un certain nombre de partenaires relevant du secteur privé et public. Elles relèvent des secteurs chapeautés par les sept commissions permanentes du Conseil régional, à commencer par la commission du développement économique, essentiellement pour les secteurs du tourisme, la promotion de l’emploi et la recherche, à travers la reconduction de la convention d’appui de l’ingénieriste et équipementier français, Segula technologies, en plus d’une autre convention avec le complexe horticole d’Agadir relevant de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II. À cela s’ajoutent l’appui au secteur de l’artisanat, l’aquaculture et l’économie sociale et solidaire. Les autres conventions relèvent des secteurs de l’aménagement du territoire, du développement social, du développement culturel et environnemental et de la formation.

La mise en place d’un mécanisme de suivi et d’évaluation
Au-delà du fait que les membres du Conseil régional ont voté l’ensemble de ces conventions, le débat s’est focalisé sur la mise en place d’un mécanisme de suivi et d’évaluation des accords paraphés entre le Conseil régional d’Agadir Souss-Massa et ses partenaires.

Pour rappel, lors de la session extraordinaire de décembre 2021, le même débat a eu lieu. Il a été précédé par le constat dressé par le président du Conseil régional où il avait appelé à la nécessité d’assainir les conventions objet de retards ou de difficultés de mise en œuvre.

En chiffres, l’équivalent de 357 conventions de partenariat a été paraphé lors du dernier mandat de 2016-2021 avec les différents partenaires du Conseil régional, pour une enveloppe de 21 MMDH dont 3,7 MMDH sous forme de contribution du Conseil.

Dans le détail, il s’agit de 227 conventions déjà activées et 114 en cours d’activation selon la situation arrêtée en mars 2021 alors que 16 conventions ont rencontré des retards de mise en œuvre en raison de problèmes liés à leur signature, à la régularisation des assiettes foncières, à la non mobilisation des quotes-parts financières des partenaires ou à l’absence d’études préalables.

À noter que ces conventions, qui relèvent des secteurs liés au développement social, culturel, territorial et économique, ne représentaient que 4% du portefeuille de l’ensemble des conventions paraphées par le Conseil régional. .

Le PDR validé lors d’une session extraordinaire
Par ailleurs, le président du Conseil régional d’Agadir a annoncé que le PDR 2022-2027 est en phase finale. «Nous ne voulons pas de précipitation en matière d’élaboration de ce document qui planifiera les actions de développement régional pour une durée de six ans puisqu’il doit être à la hauteur des espérances et faire l’objet d’une large concertation», a insisté Karim Achengli.

Par ailleurs, ce document sera probablement validé lors d’une session extraordinaire au cours des prochains mois puisque les dispositions de la loi organique n°111-14 relative aux régions stipulent, en vertu de l’article n°83, que «les Conseils régionaux doivent mettre en place au cours de la première année de leur mandat des programmes de développement régional dans un cadre contractuel entre l’État, la Région et les autres intervenants».

De plus, sept ans après la publication du décret n°2.16.299 au Bulletin officiel le 29 juin 2016, fixant la procédure d’élaboration du Programme de développement régional, de son suivi, de son actualisation, de son évaluation et des mécanismes de dialogue et de concertation pour son élaboration, un nouveau texte règlementaire a été validé afin d’accompagner les conseils régionaux dans le cadre de l’élaboration d’une nouvelle génération de PDR.

Dans ce sens, le nouveau décret n°2.22.475 fixant la procédure d’élaboration du PDR, de son suivi, de sa mise à jour et de son évaluation, a ajusté la méthodologie d’élaboration de ces programmes. En effet, l’élaboration de ce document a été conçue sur la base de plusieurs méthodologies de travail et de différentes méthodes en fonction des contextes et des spécificités de chaque territoire, selon les conclusions du ministère de l’Intérieur.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Impôts: le Fisc lance la traque aux fausses factures



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page