Maroc

Agadir : près de 31 MDH pour le réaménagement du jardin Belvédère

Les travaux de réaménagement du jardin Belvédère ont été confiés au Groupement d’entreprises de travaux d’ingénierie d’Agadir et à la Société Sicatra, à l’issue de la procédure d’appel d’offres lancée le 16 février dernier. Prévu pour durer huit mois, le chantier mobilisera une enveloppe financière de près de 31 millions de dirhams. 

Estimé précédemment à 26,2 MDH, lors de son lancement, le réaménagement du jardin Belvédère mobilisera finalement, après l’ouverture des plis, l’équivalent de 30,9 MDH. Pour rappel, ce projet, qui couvre 2 ha, s’inscrit dans le cadre de l’aménagement des espaces verts et récréatifs de la zone touristique. C’est à l’issue de l’achèvement, vendredi dernier, des travaux de la commission chargée de l’ouverture des plis que cet appel d’offres ouvert (n°77/2021/S2A), lancé le 16 février 2022, a été adjugé au Groupement d’entreprises de travaux d’ingénierie d’Agadir et à la Société Sicatra.


Selon la Société de développement local (SDL) Agadir Souss-Massa Aménagement, qui est le maître d’ouvrage du projet, la justification du choix de l’attributaire a porté sur l’offre à la fois conforme aux exigences du règlement de consultation, mais aussi la moins disante. Au total, six soumissionnaires ont déposé leurs dossiers, mais quatre d’entre eux ont été évincés à l’issue de l’examen de l’offre technique, et un cinquième a également été écarté après examen de sa proposition financière, laquelle dépassait de 27,37% l’estimation arrêtée par le maître d’ouvrage.

Les travaux, qui nécessiteront un délai de huit mois y compris la période de préparation et d’installation de chantier, concernent les lots de génie civil, d’éclairage public et de vidéo protection. Leur consistance porte sur plusieurs composantes, notamment l’installation de chantier avec démolition des constructions et ouvrages existants.

Il s’agit aussi de l’implantation des ouvrages et levés topographiques en plus des terrassements généraux et travaux d’assainissement qui comprennent les travaux de voirie et chemins piétons, les revêtements de ces derniers et l’habillage des murs de soutènement ainsi que les travaux du réseau d’arrosage et le génie civil et gros-œuvre. Les autres corps concernent l’éclairage public, l’installation de télégestion & génie civil de la vidéo protection, la remise en état des lieux et la fourniture des plans de récolement.

460 MDH pour l’impulsion de la zone touristique

Pour rappel, le troisième volet du Programme de développement urbain d’Agadir, portant notamment sur l’aménagement urbain et l’impulsion de la zone touristique, englobe 11 projets au total. Ils nécessiteront l’équivalent de 460 MDH, dont 214 MDH d’engagements prévisionnels prévus cette année. Le portefeuille de projets précité englobe l’aménagement du Boulevard 20 Août et de l’Oued Souss, en plus de leurs artères périphériques, ainsi que le renforcement de l’éclairage public et le mobilier urbain de la zone touristique et balnéaire. À signaler aussi l’aménagement des espaces verts, y compris le Jardin Belvédère, sur 2 hectares.2

À cela s’ajoutent la réalisation de l’Éco-Parc comportant 8 terrains de sport sur une surface totale de 2,5 ha et le réaménagement de la plage avec la réalisation de six postes de police, six beach guards, six sanitaires et 16 terrains de sport. De surcroît, l’impulsion de cette zone touristique englobe l’installation du système de vidéo protection et la construction du Musée Timitar et ses annexes, pour une surface couverte de 1.000 m2, en plus de la construction du parking souterrain Bijaouane totalisant 1.573 places, dont 723 en surface et 850 en sous-sol. À noter que la SDL a déjà adjugé le marché relatif à l’aménagement de l’Oued Souss, et de ses artères périphériques, à l’entreprise GTR pour un budget de 41 MDH TTC.

S’agissant de l’aménagement du Boulevard 20 Août, c’est l’entreprise NGE (Générale Routière) qui en a la charge, pour un montant de 43 MDH TTC. Concernant l’éclairage public, le premier lot concernant le Boulevard d’Oued Souss a été adjugé pour 19.5 MDH à la société CEGELEC, alors que celui du boulevard 20 août a été octroyé à la société LAMALIF Group, pour 16.5 MDH. Les travaux y relatifs atteignent, respectivement, 25 et 15%. Par ailleurs, l’entreprise Eve a été chargée de l’aménagement des espaces verts pour un montant de 6,8 MDH avec des travaux de plantation, système d’arrosage et entretien qui sont avancés à hauteur de 10%.

Concernant ce dernier point, il est à noter que les espaces verts seront arrosés par le biais de l’eau épurée dans le cadre du programme de réutilisation des eaux usées pour l’arrosage des espaces verts du grand Agadir, menée par la RAMSA sur 1.000 ha. Pour ce qui est de la surface susceptible d’être irriguée, elle porte sur environ 145 ha. S’agissant de la Vallée des oiseaux, la mise à niveau de cet espace récréatif et ludique a pris forme avec le lancement des travaux préparatoires destinés au démarrage de l’opération de réaménagement urbain et paysager de ce futur parc d’attraction.

Vallée des oiseaux : 58 MDH pour le relifting

Mobilisant 58 MDH, la mise à niveau de la Vallée des Oiseaux permettra de doter cet espace de deux entrées opposées, l’une coté corniche au sud et l’autre côté ville au nord. Le projet consiste à rénover ce parc animalier, situé au niveau du centre-ville d’Agadir, qui est bordé au nord par le Boulevard du 20 Août et au sud par l’avenue Hassan II. Quant à l’assiette du projet, elle est d’environ 3 hectares, avec une longueur de 440 mètres et une largeur de 75 mètres. Selon la SDL Agadir Souss-Massa Aménagement, sa topographie est nuancée de 16 mètres de longueur et 5 m de largeur. Le concept architectural, paysagiste et zoologique de l’aménagement de cet espace est axé sur le concept de la zoo-immersion.

Il s’agit d’une technique conceptuelle qui allie paysagisme et zootechnie, afin de plonger le visiteur dans un environnement atypique et enveloppant et ceci suivant quatre aires géographiques représentant l’Afrique, l’Asie, l’Amérique du Sud et l’Australie. L’ensemble du projet s’articule autour de deux lignes de circulation avec une artère principale transversale qui connecte l’ensemble des composantes du projet, en plus d’une marche aérienne sous forme de passerelle. Au total, le projet sera composé de quatre lacs et cascades, de deux grandes volières (africaine et américaine), de deux cafés, au sud et au nord du parc, ainsi que d’un bâtiment technique de 900 m2 et de loges pour 500 animaux englobant 69 espèces différentes.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page