Maroc

Agadir : Lymouna-Matysha prend le virage vert

Le groupe Lymouna-Matysha a scellé une convention de partenariat avec Barea Energy, filiale de Barea Group pour le développement de plusieurs parcs solaires.

Le groupe Lymouna-Matysha, spécialisé dans la production et l’exportation de fruits et légumes, optimise sa dépense d’énergie. En vertu d’une convention signée mercredi, en marge de la Caravane solaire initiée par le cluster éponyme dans la Cité de l’innovation d’Agadir, le groupe compte développer plusieurs parcs solaires d’une capacité de 2,3 mégawatts-crête (MWc). Pour ce faire, Lymouna-Matysha, qui est l’agrégateur énergétique dans la région du Souss, s’est associé dans le cadre d’une convention de partenariat avec Barea Energy, filiale de Barea Group, spécialisée dans les smart solutions et les énergies renouvelables. Une enveloppe de 20 MDH sera injectée pour le développement de ce projet voltaïque. Compte tenu des conditions d’ensoleillement dans la région, il permettra à la fois de réduire la facture électrique et de gagner en compétitivité. «Ce projet relevant de l’agrivoltaïque permettra l’installation de 5.500 panneaux photovoltaïques dans les sites du groupe et l’économie de 63% de notre énergie, soit l’équivalent de 4.000 tonnes de CO2», estime Taquiedine Cherradi El Fadili, président directeur général du groupe. De ce fait, l’agrégateur Lymouna-Matysha mandate son partenaire technologique Barea Energy à équiper ses sites d’exploitation agricole avec des centrales solaires sur toitures, sur sol, et flottantes pour alimenter ses sites de production agricole en énergies propres. Parallèlement, un volet de recherche et développement accompagnera le projet pour offrir aux agriculteurs de la région des solutions de pompage efficientes et accessibles économiquement.


Une expérience qui servira de benchmark
Pour Taquiedine Cherradi, «cette initiative, relevant du secteur privé, servira de benchmark pour les agriculteurs nationaux, particulièrement ceux de la région d’Agadir où les plaines du Souss abritent plus de 10.000 hectares de serres fruitières et maraîchères». De surcroît, le groupe et ses partenaires lancent également un programme de recherche et développement pour introduire les énergies renouvelables dans l’agriculture, afin de développer des serres intelligentes, efficientes en énergies et pouvant répliquer n’importe quelles conditions climatiques susceptibles de faire du Maroc un producteur agricole 2.0. Par ailleurs, le groupe Lymouna-Matysha poursuit son développement et l’extension de ses activités. Outre le lancement de sa propre zone industrielle, commerciale, industrielle et logistique intégrée, baptisée Lyma à Sebt El Guerdane, à Taroudant, à travers le développement de la première tranche de cette plateforme (voir leseco.ma), le groupe compte lancer la deuxième tranche de la zone industrielle. Sur un investissement global de 400 MDH, 180 MDH ont déjà été injectés et 220 MDH seront mobilisés dans de nouveaux investissements. Ce projet vise l’ouverture de 700 nouveaux postes qui s’ajouteront aux 107 déjà créés.

La holding se lance dans les fruits rouges
De plus, la holding compte développer une extension de 100 hectares de fruits rouges. Au total, il s’agit d’un investissement de 150 MDH, orienté vers les cultures sous serre de myrtille et framboise, avec respectivement une production de 20 à 30 tonnes/ha pour la myrtille et un rendement moyen de 18 tonnes/ha avec un objectif de 25 tonnes/ha pour la framboise. S’agissant de l’export prévisionnel, il est de 1.900 tonnes au bout de la deuxième année avec un chiffre d’affaires de 114 MDH. Parmi les perspectives d’investissement du groupe à court terme, figure aussi l’extension des espaces de stockage et d’entreposage dans le cadre du Matysha Business Center (MBC), un centre d’affaires et une plateforme logistique. À cela s’ajoute l’ouverture d’une plateforme en Hollande et en Russie. Pour rappel, le groupe, constitué actuellement de trois pôles (primeurs, agrumes et fruits rouges), dispose déjà de sa propre plateforme au sein du Marché international Saint-Charles à Perpignan. Pour une meilleure intégration de sa base de production, le groupe s’est doté de sa propre pépinière. Elle s’ajoute à ses différents sites de production, alors qu’à moyen terme, le groupe compte aussi lancer un projet de pépinière dédiée aux fruits rouges. Par ailleurs, d’autres projets sont en attente de lancement, tels que les nouvelles plantations d’agrumes et serres de primeurs pour couvrir les besoins du portefeuille commercial du groupe. À cela s’ajoute une unité industrielle de production de transformation des tomates et des agrumes pour mieux valoriser la production et le développement de la zone industrielle dédiée au secteur agroalimentaire. Des unités d’élevages laitiers sont également programmées pour atténuer la saisonnalité de l’activité agricole et réduire les coûts fixes de main-d’œuvre, en plus de la satisfaction des besoins en fumier. Est prévue également la réalisation d’un projet de ferme solaire de 4 mégawatts en collaboration avec la Société d’investissement énergétique.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page