Maroc

Agadir : 4e semaine de grève pour les médecins internes

Les médecins internes et résidents à Agadir ont entamé, lundi, leur quatrième semaine de protestation contre les conditions de leur formation en raison du retard de livraison du Centre hospitalier universitaire d’Agadir (CHU).

«SOS, internes en détresse», «Pas de formation» et «Pas de choix de spécialité»… font partie des slogans affichés sur les pancartes des médecins internes et résidents à Agadir, qui sont en grève depuis le 22 mars dernier. Lundi, ces futurs médecins en formation ont entamé leur quatrième semaine de protestation contre les conditions de formation au sein de l’hôpital régional Hassan II, qui est dédié essentiellement aux soins et non pas à la formation. Une situation exceptionnelle qui est entraînée par le retard de la livraison du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Agadir auquel ces médecins internes et résidents sont rattachés dans le cadre de leurs études médicales. Néanmoins, ce qui complique davantage la donne, selon l’association des médecins internes du CHU d’Agadir, est la multiplication des effectifs chaque année en relation avec la capacité d’accueil de l’hôpital régional, notamment les promotions de médecins internes, mais aussi résidents, en l’absence d’un établissement hospitalier tel que le CHU pour les accueillir.


91 médecins internes et résidents concernés
Au total, 91 médecins internes et résidents poursuivent leur formation depuis l’affectation de la première promotion constituée de 29 personnes, le 19 mars 2019. S’agissant de la deuxième et la troisième promotion, qui ont été respectivement affectées le 19 mars 2020 et le 29 mars 2021, elles englobent 33 et 30 médecins internes. Notons que les deux catégories relèvent de la Faculté de médecine et de pharmacie d’Agadir. Toutefois, vu qu’ils exercent au sein de l’hôpital régional Hassan II, qui manque d’internat, à la place du CHU d’Agadir, les aspects reliés à leur formation et conditions de travail sont couverts par le ministère de la Santé, et plus précisément la direction du CHU d’Agadir. «Aujourd’hui, la première promotion a terminé sa période d’internat pour entamer sa spécialisation. Dans ce cens, notre choix de spécialisation est grevé sous prétexte de sous capacité d’accueil au sein de l’hôpital régional Hassan II à Agadir », explique Faysal Rzaizi, président de l’association des médecins internes du CHU d’Agadir. Le responsable associatif ajoute que «les médecins internes et résidents exerçant au sein de l’hôpital régional Hassan II continuent de subir le retard de livraison du Centre hospitalier universitaire d’Agadir».

De multiples revendications
Devant cette situation, l’association des médecins internes a demandé que le CHR Hassan II d’Agadir soit équipé afin qu’il puisse assurer la mission de formation à la place du CHU. Ce n’est tout, l’association des médecins internes a d’autres revendications, notamment relatives à la couverture médicale, en plus d’autres droits élémentaires, tels que le foyer-logement et l’indemnité de nourriture. Selon ces médecins en formation, le décret n° 2-91-527 du 13 mai 1993, relatif à la situation des externes, des internes et des résidents des centres hospitaliers, leur donne droit au logement en plus de l’indemnité de nourriture, car ils enchaînent de longues journées de travail. Face à cette situation, les internes ont déjà sollicité les parties prenantes par rapport à l’ensemble des revendications au nom de la Commission nationale des médecins internes et résidents (CNIR). Par ailleurs, cette situation continue d’exercer une pression sur la formation et l’encadrement des médecins internes et externes en attendant la mise en service du CHU d’Agadir.

Le CHU programmé pour fin 2021
Lancés en juin 2018, les travaux au sein du chantier du Centre Hospitalier et Universitaire (CHU) d’Agadir sont toujours en cours. Financé à hauteur de 2,3 milliards DH par le fonds de développement saoudien, le projet a acquis son autorisation de construire depuis le 16 novembre 2016. Erigé sur un terrain de 10 hectares, dont 52.000 m² couverts, la date prévisionnelle de mise en service du CHU d’Agadir est programmée pour fin 2021 selon le ministère de l’Equipement, du transport, et de la logistique, qui est le maître d’ouvrage délégué de ce projet. Aujourd’hui, le projet a déjà pris forme à proximité de la rocade extérieure de la ville d’Agadir, plus précisément au niveau de la parcelle jouxtant la Faculté de médecine et de pharmacie d’Agadir et l’École nationale des sciences appliquées (ENSA). L’établissement dispose de façades sur les axes de la voie express, du prolongement du barreau Est-Ouest et sur la nouvelle voie d’accès au stade d’Agadir. Cet établissement de troisième génération renforcera la capacité litière à hauteur de 867 unités.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page