Maroc

Aawatif Hayar: mes priorités pour le ministère de la Solidarité, de l’inclusion sociale et de la famille

Aawatif Hayar, ministre de la Solidarité, de l’inclusion sociale et de la famille était l’Invitée des ECO. Nous lui avons posé la question suivante: Aujourd’hui, avec l’avènement de la crise pandémique, les paradigmes ont changé. Quelles sont les priorités pour votre département après cette période ? Extrait.

« Aujourd’hui, il est totalement inacceptable d’avoir des enfants dans les rues, ou dans des situations difficiles. Afin de remédier à cette problématique, nous avons introduit la digitalisation de manière incontestable, avec notamment l’instauration d’un système de référencement, qui va appuyer les dispositifs territoriaux intégrés de la protection de l’enfance. Il faut noter qu’on ne peut se couper de la société civile, qui est un acteur fondamental, c’est pourquoi on a réhabilité les unités de protection de l’enfance (UPE), qui sont des associations qui font un travail extraordinaire. Le ministère va donc financer les ONG pour qu’ils animent, à leur tour, les UPE.

Ainsi, chaque UPE se connecte à un centre d’accompagnement et de protection sociale (CAP), qui joue le rôle de secrétariat provincial, piloté par le gouverneur. De même, on va généraliser les services d’assistance sociale (SAS) mobile qui ont pour rôle de localiser les enfants qui sont dans les rues, de coopérer avec les UPE, et signaler la réception ou la localisation d’un enfant dans la rue au CAP, qui à son tour l’introduit dans le système d’information. Tout ce système nous amène à l’instauration d’un nouveau concept qui est ‘’les familles d’accueil’’. La famille qui s’occupe de l’enfant recevra bien évidemment une aide financière.

Elle est choisie selon des critères bien précis. Idem pour les personnes âgées, on privilégie que les personnes âgées soient accueillies dans les familles d’accueil et non dans les structures d’accueil. L’atmosphère familiale est importante pour leur bien-être. Le programme est clair et net, il faut à présent réguler ce système et entamer les formations ».

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page