Politique

Fès-Meknès : le parti de la colombe gagne les Chambres de l’agriculture et du commerce

À l’issue des élections des chambres professionnelles au niveau de la Région Fès-Meknès de ce 6 août, le Rassemblement national des indépendants (RNI) a gagné les élections des Chambres professionnelles de l’agriculture avec 35% des votes.

Après une longue soirée électorale au siège de la wilaya de la Région Fès-Meknès ce 6 août 2021, le Rassemblement national des indépendants (RNI) est arrivé en tête des élections des Chambres professionnelles de l’agriculture et du commerce. La Chambre de l’artisanat a été dominée par le Mouvement populaire (MP). Les taux de participation par chambre sont de 43,1% pour la Chambre de commerce, d’industrie et des services (CCIS), 43,7% pour la Chambre d’artisanat et 51% pour la Chambre d’agriculture.


Au niveau de la Chambre de l’agriculture, le nombre des inscrits a atteint 122.813, dont 63.556 des votes. Le RNI a remporté 35,48% des votes. Il est suivi par le PI (20%), PAM (19,35%), MP (12,9%), et l’USFP (6,45%). Pour ce qui est de la CCIS, le nombre des inscrits a atteint 18.584, dont 8.010 des votes. Le RNI est arrivé en tête avec 25,27% des votes, suivi du PI avec 16,48%, le PAM avec 9,89%, le MP 7,69% puis le PPS 5,49%. Concernant l’artisanat, le nombre des inscrits a atteint 27.838, dont 12.170 des votes. Les résultats du vote ont dévoilé une domination du MP avec 17,19%. Il est suivi du RNI avec 12,5%, puis du PPS avec 10,94%, le PI avec 9,38%, le PJD 7,81% puis les SAP 21,88%. De manière générale, le RNI ressort grand gagnant des élections des chambres professionnelles au niveau de la région avec 27,49% des voix. Il est suivi PAM avec 12,28%, le MP avec 11,7%, le PPS 5,26% et les SAP avec 14,04%. Ces élections des membres des chambres professionnelles portent une multitude d’enjeux et de défis gravitant essentiellement autour du renforcement du rôle de ces instances dans l’accompagnement du développement économique et la promotion professionnelle dans la région. Ces échéances électorales devraient asseoir une nouvelle vision propre à faire de ces entités un véritable levier d’investissement et un partenaire au service de l’intérêt général en matière de développement économique, de par leur statut d’interlocuteur direct des autorités publiques, des services administratifs et des collectivités territoriales.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page