Monde

Vol MH 370 : La France prend seule les rênes de l’enquête

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

C’est la justice française qui a formulé le vœu de relancer l’enquête sur l’avion Malaysia Airlines disparu en 2014, c’est le dernier pays à prendre l’initiative.

239 personnes à bord d’un Boeing 777 ralliant Kuala-Lumpur (Malaisie) à Pékin (Chine), c’est le seul souvenir qui reste de cette épopée datant du 8 mars 2014, puisqu’à cette date disparaissait l’engin des radars au-dessus de l’Océan indien. En effet, depuis, l’appareil n’a jamais été retrouvé et le mystère plane toujours sur ce qui s’est réellement passé cette nuit-là.


L’enquête qui n’a donné aucune suite, pousse aujourd’hui la France à vouloir reprendre les rênes, ce qui est autorisé du fait que parmi les passagers se trouvaient quatre Français. Une décision prise par la France «alors que tous les autres pays concernés par cette mystérieuse disparition ont peu à peu renoncé», écrit le 20 Minutes. Le Parisien, quant à lui, explique que la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens, chargée de l’enquête par la justice, va poursuivre ses investigations, mais sous un angle qui permettrait de «remettre tout à plat».

Des hypothèses incertaines et floues

De prime abord, la section veut «vérifier la véracité et l’authenticité des données techniques communiquées dans un très long rapport rendu par la Malaisie le 30 juillet dernier». Un document, jugé imprécis et ambigu quant à ses conclusions, et qui «avance des théories sans preuves». La gendarmerie des transports aériens souhaite récupérer les données du satellite de la société britannique Inmarsat. C’est ce satellite qui est le dernier a avoir intercepté un signal de l’avion.

Depuis sa disparition, le vol MH 370 a alimenté bon nombre d’hypothèses et de théories du complot. Cela fait aujourd’hui plus de 4 ans que l’énigme n’a pas été résolue autour de cette affaire et les familles espèrent encore faire le deuil leurs proches. Aucune enquête n’a jusqu’alors réussi à lever le mystère, pas même celle du FBI. «Une seule certitude : entre 1h22 et 2h15 du matin, l’avion a volontairement viré de sa trajectoire, vers la gauche se dirigeant vers la frontière sensible entre la Thaïlande et la Malaisie, au lieu de Pékin», conclut le 20 Minutes.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page