Monde

L’Observatoire contre l’islamophobie tire à boulets rouges sur Geert Wilders

 
En Egypte, l’Observatoire contre l’islamophobie condamne fermement, à travers un communiqué, l’appel du parlementaire néerlandais Geert Wilders à un concours de caricatures portant sur le prophète Mohammed.
 
L’appel du parlementaire néerlandais Geert Wilders, connu pour ses positions anti-Islam, à organiser un concours international de caricatures du prophète Mohammed, a été sévèrement condamné en Egypte par l’Observatoire contre l’islamophobie.
 
L’institution relevant de « Dar Al-Iftaâ » considère, dans un communiqué publié sur sa page officielle, que cette démarche a pour portée d’alimenter les troubles et de nourrir des sentiments de haine et de discrimination, ajoutant que l’initiative du parlementaire sert l’intérêt des groupes extrémistes et des courants terroristes.
 
Cette réaction vient après la publication par Wilders d’un Tweet, contenant une photo portant le nom du prophète accompagnée d’un appel à envoyer des caricatures à ce sujet. 
 
Dans sa réaction, l’Observatoire contre l’islamophobie a souligné que le respect des saintes religions en général ne constitue pas une violation de la liberté d’opinion et d’expression, mais qu’il est du devoir des gouvernements et des Etats dans le monde de veiller à ce que les symboles religieux soient préservés des violations et des distorsions intentionnelles.
 
« Il s’agit d’une provocation pure et simple des sentiments musulmans aux Pays-Bas et dans le monde et en faveur des courants extrémistes »
 

L’Observatoire contre l’islamophobie a également déclaré que « Geert Wilders est un extrémiste de droite, qui se nourrit de ses sentiments de haine, de discrimination et d’oppression ». L’individu, selon l’Observatoire contre l’islamophobie, a constamment « accusé l’Islam et les musulmans de toutes les problématiques sociales, politiques et économiques, cherchant à présenter son programme basé sur la discrimination raciale contre les musulmans en général comme une solution à tous les problèmes et crises aux Pays-Bas ».
 
 


Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page