Monde

Inde : un « champignon noir » attaque d’anciens malades de la Covid-19

En Inde où l’épidémie de coronavirus fait rage, les autorités sanitaires s’inquiètent d’une augmentation sans précédent du nombre d’anciens malades de la Covid-19 touchés par la mucormycose, une maladie rare et mortelle. Les cas de cette maladie d’ordinaire rarissime, appelée «Black Fungus» ou mucormycosis, se multiplient dans ce pays de 1,3 milliards d’habitants. En seulement deux mois, un hôpital de Bombay a déjà enregistré 24 cas de ce «champignon noir». Or, seulement 6 cas sont en moyenne recensés chaque année. Soit une multiplication par 24 du nombre de contaminations de cette maladie. De quoi inquiéter les autorités sanitaires : en effet, ce «black fungus» tue environ 50% des malades. De nombreux hôpitaux s’alarment à travers tout le pays de cette envolée des contaminations au «champignon noir», qui attaque en particulier les yeux des patients. Les jeunes seraient plus particulièrement frappés, parce que le Covid-19 ferait monter leur niveau de glycémie. Seule solution, à ce jour : adapter le plus finement possible la quantité de stéroïdes reçus, afin de ne pas exposer les patients au terrible champignon noir…

La mucormycose, qu’est-ce que c’est ?
La mucormycose (ou zygomycose) frappe principalement les personnes immunodéprimées. Cette maladie est causée par un champignon du groupe des zygomycètes. Il s’agit de la troisième plus importante mycose invasive, derrière les candidoses et les aspergilloses. Mais elle reste pourtant extrêmement rare, notamment chez les malades qui ont des défenses immunitaires en bon état. Ce type de mycose affecte généralement le visage, la sphère ORL et les poumons des malades. Elle est extrêmement dangereuse, puisqu’elle tue 50 à 70% des personnes infectées. Lorsqu’un cas est signalé, il faut rapidement opérer pour empêcher l’affection de se disséminer, d’atteindre le cerveau du malade. Sans cela, c’est la mort assurée. Ànoter que de nombreuses personnes contaminées par ce champignon noir perdent la vue. Tous les malades de cette infection fongique ont un point commun en Inde : ils ont tous guéri de la Covid-19 peu avant d’être touchés par ce champignon et souffraient de diabète. Selon les médecins, ces points communs montreraient que certains traitements utilisés contre la Covid-19 chez ces patients sont en cause, à savoir les stéroïdes. Ces derniers sont utilisés pour limiter l’inflammation dans les poumons, au risque d’affaiblir les défenses immunitaires. «Le diabète diminue (…) les défenses immunitaires du corps. Le coronavirus les exacerbe. Puis les stéroïdes, qui aident à lutter contre la Covid-19, agissent comme un carburant pour le feu», explique Dr Akshay Nair, chirurgien ophtalmologique à Bombay.


Sami Nemli avec agences / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page