Culture

Vie nocturne au Maroc : la reprise d’une épopée

L’attente fut longue. Après deux ans de fermeture, due à la pandémie de Covid-19, les boîtes de nuit étaient devenues des no man’s land. La nouvelle est tombée mercredi 9 mars, les lieux nocturnes sont désormais ouverts au grand public. L’occasion pour les fêtards et autres stroboscopes de reprendre le chemin de lieux mythiques comme le Théatro de Marrakech, la discothèque la plus branchée de la ville ocre où nous nous sommes rendus hier soir.

Il est 2h30 du matin devant la porte du Théatro, une queue se met en place. Toute la jeunesse bobo chic de Marrakech, mais aussi les touristes, ont répondu présents et se sont tous donnés rendez-vous devant ce qui était, il y a encore quelques années, l’une des boîtes de nuit les plus in de la place. «Ca va être le feu ce soir !», s’exclame Sarah, une habituée des lieux, qui connaît bien l’endroit puisqu’elle y a ses habitudes depuis sa majorité.

Lui s’appelle Guillaume, il vient de Paris, et il est bien décidé a faire la fête à «la marrakchia» comme il nous l’a affirmé ce soir là. «Comme en France, revoir cet endroit renaître de ces cendres est un régal pour nous. On va enfin pouvoir découvrir à quoi ressemble le Marrakech by night», nous rapporte ce couple de Français venu passer quelques jours au Maroc.

«On est tous très heureux que le Théatro reprenne son activité, cela faisait deux ans que cet endroit était devenu fantôme», nous dit Fettah, le chef de la sécurité avec une certaine émotion. Même son de cloche du côté du manager du Théatro, Reda Rami, «C’est un soulagement pour nous, nous sommes enfin arrivés au bout du tunnel. Revoir le Théatro, reprendre vie ce soir est une récompense inestimable pour le groupe Es-Saadi Palace, qui a toujours été un bon élève durant cette période de pandémie».

Une fois à l’intérieur, le Théatro n’a rien perdu de sa réputation d’antan. Le show y est millimétré à la seconde près, tout y est prévu pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit. Et ce soir-là, comme un exutoire, tout le monde est prêt pour danser au rythme des remixes pointus des deux DJ stars, Abboy et Scippion. Kenza Alaoui, commerciale chez Bourchanin, un des plus importants importateurs de vins et spiritueux au Maroc, était présente ce soir là, tout en veillant au grain. Un sourire au coin des lèvres, elle nous affirme que «cette réouverture représente un énorme plus pour l’entreprise pour laquelle je travaille, puisque le Théatro présente un gros potentiel en tant que client».

Exit les expériences transgressives qui ont marqué ces deux dernières années, l’effervescence sensorielle est bel et bien de retour pour une saison estivale qui s’annonce festive. Le Théatro, et bien d’autres sites nocturnes, ont encore de beaux jours devant eux. D’ailleurs, l’établissement affiche complet pour le reste de la semaine, dixit Reda Rami. De manière définitive ? Seul le temps nous le dira si la feuille de route est suivie «perinde ac cadaver».

Eliane Lafarge / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page