Culture

«ML Atelier». Meryam Lahlou : “Un peu de nature dans vos intérieurs !”

Meryam Lahlou
Designer et architecte d’intérieur

Ces derniers temps, on parle un peu moins de la pandémie et on vit un peu plus. C’est donc démasqué et dans ce contexte apaisé, que notre «Quoi de neuf» a choisi de dénicher toutes les raisons de sourire, s’ouvrir, s’émouvoir, et se faire plaisir. L’occasion de se rendre au cinéma pour aller voir «Les secrets de Dumbeldor», histoire de mettre un peu de magie dans nos vies ou encore d’aller découvrir la nouvelle marque de mobilier d’art, signée Meryam Lahlou.

Situé en plein cœur de la capitale économique, «ML Ateliers» est un véritable temple de l’esthète qui allie matériaux bruts et minutie. Ici, il est question de nature pour vous transporter loin de l’actualité marquée par la guerre en Ukraine et la chape de plomb qui s’est abattu sur Moscou. Exit donc l’actu anxiogène et place aux lignes épurées pour un voyage hors du temps. Nous sommes allés à la rencontre de cette designer qui a plusieurs cordes à son arc.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours en quelques mots ?
Meryam Lahlou : Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été liée à l’art, à travers la photographie et la peinture. Mon parcours académique a été marqué par mon passage à l’école d’architecture d’intérieur et de design d’objet Camondo, à Paris. Par la suite, j’ai eu l’honneur et le privilège de travailler pour le prestigieux cabinet Jean Nouvel. À mon retour au Maroc, j’ai cofondé mon agence dans laquelle j’ai travaillé pendant 12 ans.

L’occasion pour moi de participer à différents grands projets comme des showrooms tels que «Interiors», des magasins tels que le célèbre magasin Saint Louis de luminaires, des hôtels tels que le lobby du Kenzi Tower, des SPAs à l’image du SPA Lucie Saint Clair, et surtout de nombreux showrooms et bureaux de sociétés de renom ainsi que des demeures prestigieuses.

D’où vous vient votre inspiration ? Et comment se fait le processus de création de vos meubles ?
Mon inspiration émane, essentiellement, de la nature. Je trouve que cette dernière n’est pas linéaire, elle est en perpétuelle en évolution. Je considère que la nature est une œuvre divine, authentique et imprévisible, c’est ce qui m’attire. J’essaie donc, dans mon travail, de retrouver ces formes là, qui sont naturelles, ces textures biomimétique qui sont très diverses et qui m’apportent énormément sur le plan de l’inspiration, qu’il s’agisse des reflets ou de la lumière.

Comment qualifiez-vous vos œuvres ?
Mes œuvres sont étroitement liées à ma signature Brutal Simplicity . J’aime partir de matériaux authentiques, bruts qui sont aussi intemporels, pour faire ressortir une émotion.

Vous avez travaillé avec de grandes marques telles que Vogue ou encore Dolce Gabanna. Est-ce qu’on retrouve leur empreinte dans votre travail ?
Ces marques ont joué un rôle important dans mon parcours, mais je puise aussi mon inspiration de beaucoup d’autres choses. À travers la peinture, la photographie mais aussi l’architecture et le design, qui est une passion pour moi. Je suis dans une perpétuelle quête d’inspiration pour créer mes œuvres.

Quels matériaux privilégiez-vous ?
J’utilise, essentiellement, le marbre, la pierre, le béton et aussi le métal, autant de matériaux qui m’inspirent énormément. L’idée est de combiner tous ses matériaux et d’en faire un ensemble harmonieux sans pour autant les dénaturer.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour créer cette collection ? Et comment avez-vous fait pour travailler sur cette dernière ?
Il m’a fallu un an et demi de travail. Il y a d’abord eu la recherche des matériaux brut dont j’avais besoin. Il y a eu ensuite tout une phase d’exploration des techniques, pour travailler les matières tel que le marbre ou le bois. C’était un labeur fastidieux mais très enrichissant car il a fallu que je me rende dans les usines, que j’aille chez les fournisseurs pour comprendre et acquérir aussi les techniques d’assemblage.

Vous avez plusieurs cordes à votre arc. Est-ce qu’on peut dire de vous que vous êtes une artiste accomplie ?
Non, je ne peux pas dire que je suis une artiste accomplie. Un artiste est perpétuellement dans le doute, il est toujours en pleine réflexion. Les artistes sont tout le temps à la recherche de l’apprentissage, et c’est justement cela qui est passionnant.

À qui sont destinées vos œuvres ?
Mes créations sont destinées à toutes les personnes en quête d ‘émotion, à qui chaque objet parle. Que se soit pour les particuliers ou pour le grand public, il faut que l’objet s’accorde avec l’espace autour, qu’il y ait une véritable harmonie entre l’espace, la forme et l’objet. Mes œuvres sont destinées aux personnes sensibles.

Eliane Lafarge / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page