Culture

Le Marocain Alaa Halifi décroche le prix international « Al-Rafidain » First book Awards 2021

Le jeune écrivain et architecte marocain, Alaa Halifi, vient de décrocher le prix « Al-Rafidain » First Book Awards 2021, pour son livre « Éloge de la folie », une fiction sur la ville de Casablanca.

Organisé par la maison d’édition libanaise « Al-Rafidain », en partenariat avec Éditions « Daraj » (Irak), le prix littéraire Al-Rafidain distingue, chaque année, trois auteurs contemporains de langue arabe, dans le but de promouvoir les jeunes écrivains sur la scène littéraire internationale.


Outre le livre d’Alaa Halifi, 22 ans, le jury composé de critiques et d’écrivains de renom, a retenu deux autres ouvrages pour la finale, à savoir « Bonjour, Yaffa » d’Ahmed Fadeed (Égypt) et « Arraché de la main du confort », de Mubeen Al-Khashani (Irak).

Sélectionné parmi 200 œuvres littéraires, « Éloge de la folie » est ainsi devenu le premier ouvrage marocain à remporter ce prix.

Selon le jury, la puissance du livre réside dans sa forte capacité à « plonger au fond des mondes Casablancais ». Les différents chapitres de l’ouvrage ont tous en commun le même cadre spatial, mais aussi ils s’articulent autour des thèmes de la solitude et de l’aliénation que vivent les personnages au sein de « la ville monstre ».

Le livre « présente Casablanca et ses citoyens avec un style très épuré, et une mécanique narrative extrêmement pensée, avide d’innovation et d’ouverture aux horizons de la modernité et de l’expérimentation des techniques de narration », a déclaré l’écrivain irakien Falah Rahim, président du jury de cette édition, notant qu’il y a une inspiration du réalisme magique, de la fantaisie, de l’exotisme et de l’ironie sans que le narrateur renonce à son contrôle conscient de son art fictif et à la magie de son langage narratif captivant.

Le livre « était également caractérisé par le paradoxe, le suspense, l’intertextualité, les inspirations historiques et mythologiques. Tout cela est en fait savamment orchestré et travaillé sans qu’il s’éloigne de son contexte Casablancais, une société des individus perdus dans un monde incertain plein de contradictions », s’est-il félicité.

La remise du prix s’accompagne d’une récompense financière, ainsi que la publication de l’œuvre primée et sa diffusion dans le monde entier, rappelle-t-on.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page