Culture

Institut du monde arabe : une “place imminente” pour le judaïsme marocain

De grands égards ont toujours été réservés au Maroc par l’Institut du monde arabe au Maroc, sa culture et son patrimoine. Aujourd’hui, le Royaume est à nouveau promis à un bel hommage, pour mettre en avant l’ancestralité de l’histoire du judaïsme en terre marocaine.

En effet, l’IMA prépare une première mondiale pour l’automne prochain portant sur l’histoire des juifs d’Orient et dans le monde arabe. A cet évènement, les organisateurs entendent laisser au Maroc une «place imminente», comme l’a décrit le Président de l’IMA et fin connaisseur de l’histoire du Royaume, Jack Lang. Cette exposition sur l’histoire plurimillénaire des juifs se veut l’un des projets les plus importants que l’IMA s’est assignée de concrétiser, en dépit du contexte de crise sanitaire.


Dans ce cadre, l’Institut du monde arabe a sollicité un très grand nombre de pays afin de prêter des œuvres, des documents et des vestiges de toute première qualité, selon explications données par Lang dans un entretien accordé à la MAP. «Il va de soi, évidemment, que le Maroc sera très présent à l’intérieur de cet évènement sur l’Histoire des juifs. On sait à quel point le judaïsme marocain est un judaïsme original, singulier et a profondément marqué la culture et la vie marocaine», a souligné le président de l’IMA. L’exception marocaine, justement, se nourrit aussi de cette diversité d’influents culturels et intellectuels. Une richesse revendiquée et affirmée par le Royaume, mais aussi respectée et scrutée de près par la sphère mondiale.

«Le Maroc est une exception. Je me réfère au fameux préambule de la Constitution marocaine où il est rappelé que le Maroc revendique parmi les différents héritages, l’héritage hébraïque. Sa Majesté le Roi Mohammed VI a récemment annoncé la création à Fès d’un musée du judaïsme. Le Souverain marocain a encouragé de nombreux chantiers de restauration et de préservation du patrimoine juif (synagogues, cimetières…)», a rappelé le président de l’IMA. Celui-ci rappelera d’ailleurs, dans la même interview, que parmi les mesures très remarquables prises par le Maroc, «celle d’introduire l’histoire du judaïsme marocain dans les manuels scolaires. Tout cela constitue une source de réjouissance pour tous ceux qui croient à la pluralité des cultures et des croyances. C’est formidable !». Et d’annoncer que l’évènement d’envergure que l’IMA s’apprête à tenir sera aussi marqué par la présentation des caractéristiques du judaïsme marocain. «Il y aura évidemment Fès, Essaouira et toutes les villes marocaines seront au rendez-vous de cet évènement dédié à l’histoire plurimillénaire des juifs d’Orient», a-t-il déclaré.

Cadence maintenue

Malgré la pandémie et les contraintes qui en découlent, l’IMA poursuit sa stratégie. Selon Jack Lang, « certes, l’IMA a été obligé à plusieurs reprises à fermer ses portes au rythme des exigences dictées par les autorités sanitaires, mais en même temps nous avons pleinement utilisé les réseaux et internet et nous avons pu à différentes reprises propager nos activités (conférences, débats, rencontres avec les écrivains, concerts) et toutes les manifestations qui caractérisent la vie même de l’IMA ». Le planning de l’Institut est loin d’être pauvre en évènements. «D’abord, souligne Lang, nous attendons la fin de cette période pour ouvrir au public notre exposition du début d’année dédiée aux grandes divas du monde arabe : Oum Kelthoum, Fayrouz, Warda et beaucoup d’autres». «Ce sera un évènement assez marquant qui mettra en valeur ce que ces divas ont apporté à la vie artistique aujourd’hui encore et ont permis aux femmes de mener leur combat pour l’émancipation». L’ouverture est attendue probablement pour mars ou avril prochains, selon les pronostics du président de l’IMA. «L’exposition est prête. Elle n’attend qu’une seule chose, le feu vert des autorités sanitaires pour être ouverte au public», assure-t-il.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page