Culture

Film/série: notre sélection de la semaine (thème: violence conjugale)

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

À l’heure où le pronom «iel», qui désigne une personne quel que soit son genre, est entré dans le dictionnaire Le Robert, quatre ans après le début du mouvement #Metoo ou encore «#MASSAKTINCH_wbl3onf_ma9ablinch» et «#Refusons_Accusons_Agissons», des combats comme celui de la violence faite a l’égard des femmes restent d’actualité aujourd’hui plus que jamais. Au Maroc et pour rappeler quelques chiffres, en 2020, ce sont 16.947 victimes dont 1.106 mineurs qui étaient victimes de violence. Combien ont succombé aux blessures ?
Combien d’orphelins ? La Rédac a choisi le cinéma pour dénoncer les violences conjugales, pour que plus jamais ces exactions à l’égard des femmes ne se reproduisent.

«Maid»( 2021) , drame social qui parle de violence conjugale
Sans doute l’une des séries événement de cette année sur Netflix. Sortie le 1er octobre dernier, cette mini-série aborde le sujet des violences conjugales avec justesse et sans tabou. Inspirée d’une histoire vraie, «Maid» réunit dans son casting l’excellente Andie MacDowell et sa fille Magaret Qualley, très touchante dans le rôle d’Alex qui devient femme de ménage pour subvenir aux besoins de sa petite fille. Cette série aborde aussi l’emprise et la domination psychologique que peuvent subir les victimes de violence conjugale. Il est aussi question ici de parler de violence économique comme une forme de harcèlement moral. Ce drame social, porté merveilleusement bien par une jeune actrice, est une belle surprise.


« La fille du train » (2016), un thriller haletant
Tiré du roman de Paula Hawkins, «La fille du train» est un thriller d’un nouveau genre, à savoir le «domestique noir», autrement dit le drame conjugal. Ce film aborde avec finesse et sensibilité les violences faites aux femmes. «La fille du train» conte de prime abord l’histoire de Rachel, une femme qui comme tous les Londoniens et Londoniennes prend les transports en commun. Seulement voilà, Rachel a l’impression de connaître tout le monde dans le train qu’elle emprunte tous les jours. Le matin, elle aime particulièrement regarder un couple qui lui semble parfait en tous points, loin de ce qu’elle a elle-même vécu étant mariée. Avec envie et délectation, la jeune femme les épie, jour après jour, dans leur jolie maison… jusqu’à une découverte des plus déconcertantes. Et quand l’«épouse parfaite» disparaît, Rachel est convaincue qu’elle doit intervenir, qu’elle sera capable de faire resurgir la vérité. Mais jusqu’à quel point peut-on considérer ses souvenirs comme réels, elle qui semble complètement déconnectée de la réalité ?

« Unbelivable» (2019), un incontournable sur les violences faites aux femmes
Cette série, sortie en 2019 sur Netflix, traite intelligemment de la violence faite aux femmes en mettant en scène la double peine qui leur est réservé. Inspirée d’une histoire vraie, cette série raconte l’histoire de Marie, violée par un homme cagoulé et armé qui est entré par effraction chez elle. Face au manque de preuve, la police va douter des propos de la principale victime, jusqu’à la faire douter d’elle-même. Une minie-série révoltante .

« Sofia »(2018), l’histoire d’une mère célibataire
Primé à Cannes et Angoulême «Sofia» traite de plusieurs sujets à la fois. Le film raconte l’histoire de Sofia, 20 ans, qui vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. L’hôpital lui laisse 24 heures pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités… Dans ce film il est question de la condition de la femme dans la société marocaine, mais aussi de viol et d’une certaine forme de violence. Un must watch!

Eliane Lafarge / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page