Culture

Festival Gnaoua et musiques du monde : Un vent de grâce a soufflé sur Essaouira

Essaouira a laissé libre cours à la créativité, au partage et à la musique, lors de cette dix-neuvième édition du Festival Gnaoua et musiques du monde, qui a eu lieu du 12 au 15 mai. Un rendez-vous de toute beauté et plein de générosité. Coulisses.


Le vent était violent, ce weekend à Essaouira mais, la musique l’a vite adouci. Les musique du monde, d’Afrique, gnaoua se sont donnés rendez-vous au cœur de la Ville des alizés ce weekend! Jamais une édition n’a été aussi riche en émotions et en surprises. Au programme figuraient émotions et hommage aux anciens, résidences d’exception, fusions surprenantes mais surtout, moments de musique et de partage inouïs!

Le patrimoine, ce flambeau à passer
La 19e édition a été généreuse à plus d’un titre. L’un d’eux consistait en ce rappel à la mémoire, au passé, à la tradition tagnaouite portée par les anciens. Si le photographe Hassan Hajjaj s’est concentré sur 10 portraits de mâalems, les 10 plus emblématiques maîtres qui portent les traditions les plus ancestrales, des résidences étaient également au service de la mémoire. L’ouverture du jeudi soir a d’ailleurs donné le ton à ce festival haut en couleurs. En effet, la famille du Mâalem Guinéa et celle de Doudou N’diaye Rose ont rendu un vibrant hommage à des anciens partis trop tôt. Un moment de musique plein d’énergie et d’émotion, sublimé par la diva du Sud Rachida Talal. Le samedi soir, la scène Moulay Hassan a visionné un documentaire sur Maître Guinéa, empreint de beaucoup de respect et d’admiration. Un film sincère, montrant tout le caractère unique du mâalem. À l’issue du film diffusé à ciel ouvert, Houssam Guinéa, porteur du flambeau familial, a montré l’étendue de son talent et a su conforter le public dans le fait que la relève était bel et bien assurée…

Le phénomène Hoba Hoba !
Le groupe qui a le plus surpris et qui a donné l’un des meilleurs concerts sur la place principale, toutes éditions confondues, est bel et bien Hoba Hoba Spirit. Doté d’une énergie débordante et proposant des chansons efficaces, le groupe marocain que tout le monde connaît, porte-étendard de la Hayha Music, a tout de suite mis le public exigeant du festival dans sa poche. Alors qu’il était plus de minuit trente, la scène de Moulay Hassan était noire de monde qui attendait avec impatience le groupe de rock le plus chaâbi de la planète! Sitôt les premiers accords de guitare entamés, le public en délire danse et chante des paroles qu’il connaît par cœur. Un moment de musique incroyable où l’on s’oublie pour profiter du moment présent. Le groupe marocain a su prouver une nouvelle fois qu’il était une valeur sûre de la scène marocaine, que le Maroc devrait plus protéger et sacraliser!

Au bonheur des résidences et des fusions…
Qu’il s’agisse de Randy Weston, précurseur de la fusion jazz tagnaouite, pianiste de jazz virtuose venu chercher ses racines africaines à Essaouira dans les années 70, ou encore de Jamaaladeen Tacuma, qui partage la scène avec Hassan Boussou, Jeff Ballard et sa fusion habitée avec Mâalem Kouyou, la magie des fusions et des rencontres musicales a opéré. Quant aux résidences, elles ont été un franc succès. Mention spéciale pour Mehdi Nassouli, qui a travaillé trois jours durant avec le groupe flamenco moderne Las Migas. Résultat: un moment de grâce sur la scène Borj Bab Marrakech avec un concert intimiste du groupe espagnol qui se termine sur une note de fusion, et la rencontre avec le talentueux Mehdi Nassouli! Un des moments forts du festival!

Show must go on!
Le festival Gnaoua, c’est aussi de belles têtes d’affiche et des concerts de musiciens du monde venus s’imprégner de la magie d’Essaouira. C’est ce qui s’est passé pour le grand Christian Scott, trompettiste de talent originaire de la Nouvelle-Orléans qui s’est dit ravi de venir à Essaouira, ville la plus accueillante du monde selon lui. Sur scène, c’est un Christian Scott d’une dextérité et d’une maîtrise incroyables qui a donné un concert de jazz soul épatant ce samedi soir! Entre-temps, le groupe Blitz The Ambassador, Jaba, N3rdistan et Songhoy Blues ont mis le feu à la scène de la plage, Hassan Hakmoun et son art tagnaouite a transporté la scène principale et Hamid Kasri a donné un concert marathon! Le festival est aussi un forum où le débat est roi, avec l’Arbre à palabres où l’échange est de mise, ainsi qu’un ensemble d’ateliers où la rencontre est facile. Merci Gnaoua, à l’année prochaine pour un vingtième anniversaire qui promet de belles surprises …. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page