Culture

«Adultère mode d’emploi» : Attention, liaisons fatales !

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco
Jerôme Paquatte : Scénariste et comédien

Top Event propose, dans le cadre de la 7ème édition des Théâtrales, la pièce «Adultère, mode emploi». Une comédie décapante qui surfe sur un thème d’actualité. Ce vaudeville mis en scène par Leo Pasani est à découvrir jeudi 27 octobre au Mégarama Casablanca. Entretien avec l’auteur de la pièce, Jérôme Paquatte, qui joue le rôle de Vincent, un amant rustre mais attachant.

Les Inspirations ÉCO : Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?  
Jerôme Paquatte :  Après deux ans au cours de théâtre, j’ai démarré au café-théâtre où j’ai croisé notamment Dany Boon et Stéphane Guillon. J’ai commencé à écrire mes premiers sketchs et débuté la scène. Puis j’ai arrêté de jouer assez longtemps pour m’occuper de mes enfants et continuer d’écrire. Depuis dix ans maintenant, j’alterne les rôles au cinéma où l’on peut me voir en ce moment dans Brice de Nice (On peut me voir dans la bande-annonce où je joue l’homme dans l’avion) et de nombreux rôles au théâtre.


L’adultère est toujours un thème d’actualité. L’infidélité peut mettre en faillite une famille, une entreprise, et même mettre en danger la carrière d’un chef d’état. Vous concernant, pourquoi les aventures extra-conjugales vous intéressent-elles. Avez-vous vécu cette situation ?
L’adultère ou l’infidélité est un des thèmes récurrents au théâtre. J’ai eu dans ma famille quelqu’un de très infidèle et je suis tout le contraire, car très marqué par la chose. Je vis avec ma femme depuis 23 ans et je voulais aborder ce thème avec légèreté. L’idée n’est pas de porter des jugements sur un homme ou une femme qui trompe, mais plutôt se rendre compte dans quelle situation compliquée le fait de tromper devient ingérable. Mon idée de base est simple. Depuis la nuit des temps, l’infidélité existe et elle continuera. Cela fait partie de la vie. La tentation, le plaisir… C’est comme ça ! À cela, j’ai rajouté des ingrédients scénaristiques qui permettent aux spectateurs de suivre cette farce avec passion comme un film de cinéma. Je suis d’ailleurs en train de terminer l’adaptation pour le cinéma. Il y a aussi une scène anthologique que je ne veux pas dévoiler, mais que les spectateurs n’oublieront pas. Cela en fait une comédie moderne, efficace et irrésistible.

Pouvez-vous nous résumer l’intrigue et quel est votre rôle dans la pièce ?
Une femme a un amant du lundi 15 h au mercredi 15 h et un autre du mercredi 15 h au vendredi 15h. Les deux amants sont diamétralement opposés. L’un est gérant en fruits et légumes ; c’est un terrien rustre et sanguin. L’autre est fin, doux et professeur de lettres. Et un jour, ce qui devait arriver se produisit : ils se rencontrent et découvrent le pot aux roses. Évidemment, ces deux hommes sont mariés, mais s’il est facile pour eux de tromper leurs femmes et il est plus dur de savoir que leur maîtresse n’est pas unique. Qui va récupérer la maîtresse ? Je joue le rôle de Vincent le vendeur de fruits et légumes. J’ai écrit ce rôle pour moi et je vous avoue que j’ai un plaisir immense à jouer ce personnage qui n’est certes pas très intelligent mais terriblement attachant.
 
Le public découvrira-t-il des recettes pour «tromper» sans se faire attraper ?
Des recettes surtout pour ne pas tromper, car en définitive, on se fait toujours attraper ! Je pense qu’après avoir vu la pièce, on se dit qu’il vaut mieux avoir une vie calme, car c’est compliqué de gérer plusieurs amants !

À votre avis, les femmes sont-elles aussi infidèles que les hommes ?
Je ne sais pas. Je pense que les hommes parlent beaucoup sur le sujet et je pense surtout que beaucoup d’hommes ne peuvent pas imaginer être trompés par leur épouse, alors qu’eux ne se gênent pas pour le faire. C’est un des points de vue de la pièce que j’ai développé. D’ailleurs, les femmes rient énormément, peut-être plus que les hommes.

Enfin, est-ce la première fois que vous jouez au Maroc ?
C’est la première fois que je viens au Maroc. Je suis heureux que cela soit pour présenter cette pièce. Et venir faire rire au-delà des frontières françaises me ravit.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page