Éco-Business

Textile : La filière se met au diapason la Vision 2025

L’Association professionnelle du secteur réaménage ses statuts. Elle a, par la même occasion, présenté à ses membres la nouvelle structure organisationnelle et la feuille de route des méga-pôles, écosystèmes et régions. L’Assemblée générale de l’AMITH, tenue mercredi dernier, a par ailleurs permis de revenir sur les défis auxquels le secteur doit faire face.


Mise en conformité technique des statuts, renouvellement des équipes dirigeantes, mais surtout présentation d’une nouvelle feuille de route et mobilisation des membres et partenaires autour de nouveaux objectifs. Tels sont les fait marquants des assemblées extraordinaire et ordinaire de l’Association marocaine des industries des textiles d’habillement (AMITH) tenues mercredi dernier à Casablanca. Deux rencontres en une qui répondaient respectivement à la tenue des engagements de l’Association envers l’État, selon la Vision 2015 et à un besoin de préparer la structure à affronter les nouveaux défis imposés par l’environnement national et international. Ainsi, lors de l’Assemblée générale extraordinaire, l’AMITH -conformément à la convention signée en février dernier avec l’État- a procédé à l’harmonisation de ses statuts en amendant 5 articles.

Entre autres changements majeurs, l’Association a, en remplacement des filières, adopté la création de cinq écosystèmes, notamment le Denim, la maille, le textile de maison, le textile à usage technique & vêtements d’image et la distribution de marques marocaines. L’AGE a, en outre, institutionnalisé cinq pôles de compétences et de progrès baptisés «Formation, innovation et expertise», «Marché local et TPE», «Promotion et communication», «Veille, compétitivité et accompagnement des membres», «Gouvernance, relation institutionnelle et social». Si, pour l’heure, il s’agit plus de changements techniques concernant la terminologie, l’Association a annoncé la mise en place d’une commission de réflexion sur la réforme globale des statuts avec, entre autres, à la clé la mise en place d’un Conseil national du textile (CNT).

«Cette réflexion sera ouverte à toutes les associations faisant partie de l’AMITH et à tous nos partenaires», a déclaré Mohamed Tazi, directeur général de l’AMITH. Une approche participative et collaborative qui a été non seulement suivie lors de l’adoption des résolutions en plénière mais également prônée par les dirigeants de l’association lors de l’AGO. En effet, c’est avec un discours mobilisateur que Karim Tazi, président de l’AMITH, a rappelé les grands axes du mandat, la nouvelle équipe dirigeante et la feuille de route des méga-pôles, des écosystèmes textiles et des régions pour ledit mandat. «Nous représentons 0,3% du marché mondial», a-t-il martelé «d’où la nécessité d’être solidaires». Une valeur que l’Association, il faut le souligner, a choisie comme critère dans l’élection des administrateurs régionaux et la désignation des binômes à la tête des écosystèmes. De nouvelles équipes dirigeantes qui, outre un rajeunissement notable, (de 63 à 43 ans en moyenne) ont une fois de plus été encouragées par le président à s’inscrire dans une vision «business» de la mandature. «L’environnement international est favorable avec le recul de la Chine», a soutenu Karim Tazi.

«Le Maroc a réalisé une progression de 11% en termes d’exportation vers l’Europe pour le 1er semestre de 2016, ce qui représente la 3e progression la plus forte au monde après le Vietnam et le Cambodge qui eux bénéficient de niveaux de salaires très bas et d’avantages douaniers importants». Un alignement des astres à l’export malheureusement en déphasage avec la situation du marché local qui souffre des effets de la contrebande. Ce fléau, selon Karim Tazi, «capte l’essentiel de la croissance et nous fait perdre des dizaines de milliers d’emplois». Et de renouveler son appel à l’endroit des pouvoirs publics et des partenaires sociaux et économiques. Un appel visiblement entendu par des acteurs tels que Maroc PME, Maroc Invest, Maroc Export et l’AMDI, qui étaient présents à la rencontre. Toujours dans cette perspective, le président est revenu sur le dispositif d’aide aux entreprises initié par Maroc PME prévoyant des mesures transverses au profit de toutes les strates de la population des entreprises du secteur. En appeler à l’appui des partenaires, oui, mais avant tout compter sur soi-même.

Dans ce sens, le président a tenu à rappeler les priorités de l’AMITH au titre du mandat en cours d’atteindre un niveau de croissance additionnel de 8% et la création de 100.000 emplois. Elle a déjà mis en place trois des six écosystèmes, notamment le Fast fashion, le Denim et le textile à usage technique & vêtements d’images avec pour objectif de créer plus de 44.000 emplois et de réaliser un chiffre d’affaires de 6 MMDH. «Les 3 autres écosystèmes seront prêts dans les semaines à venir», a annoncé Mohamed Tazi. «Nous avons également mobilisé les acteurs du marché local pour défendre leurs intérêts face à l’invasion de la contrebande, ce qui a notamment donné cours au blocage de la vente des matières premières saisies par la douane et permis de préserver une partie importante de nos industriels locaux», renchérit Karim Tazi.

Sur le plan international, les responsables de l’AMITH ont annoncé la signature de partenariats avec des acteurs importants, tels que SGS, en vue d’un transfert d’expertise et Messe Franckfort en vue de la participation de celui-ci au Salon de Marrakech. Le directeur a annoncé la préparation d’un salon de dimension sous-régionale baptisé «Maroc in mode». Une autre ambition qui, s’il elle est réalisée, devrait permettre au secteur de jouer pleinement son rôle de pourvoyeur d’emplois et de se positionner en tant qu’hub sur le plan continental.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page