Éco-Business

Saham Assurance met le turbo

Les effets de la crise sanitaire ont, certes, eu un impact sur les résultats financiers de la compagnie d’assurance, mais ils n’ont pas freiné la bonne conduite de sa stratégie de développement.

Si la crise sanitaire a été néfaste pour bon nombre d’opérateurs, elle a été sans risque majeur pour l’activité des assureurs. «Saham Assurance a de la chance de faire partie d’un secteur plus résilient que d’autres», affirme son directeur général, Christophe Buso, lors de la présentation des résultats annuels 2020.


Cependant, la concurrence acerbe dans le secteur a, quelque peu, éraflé les performances commerciales du groupe. Le chiffre d’affaires global s’est établi à fin 2020 à 5,12 MMDH, en baisse de 5,5% par rapport à fin 2019, impacté principalement par la baisse de l’activité Vie.

Le chiffre d’affaires de ce segment s’est, en effet, établi à 819 MDH, en retrait de 25,5%, sous l’effet du repli de la collecte épargne. «La contreperformance des produits d’épargne-retraite a pesé lourdement sur le chiffre d’affaires de la branche. Les produits décès se sont, de leur côté, bien comportés, affichant une progression de 4%», précise Buso. Le chiffre d’affaires de l’activité Non vie, prédominé par l’assurance automobile s’élève, quant à lui, à 4,30 MMDH, en légère baisse de 0,4% par rapport à fin 2019. À noter que le portefeuille Non vie de la compagnie est constitué essentiellement de 54% de l’automobile, suivi par la santé (24%), le risque entreprise (15%) puis les accidents de travail (6%). Par ailleurs, le résultat technique Vie a enregistré une baisse de 34%, de même pour celui de la Non vie qui recule de 35%. Au niveau du ratio S/P, celui-ci a évolué favorablement entre 2019 et 2020, passant de 75,8% à 71,2%. Une amélioration qui a été imputée à la baisse de la sinistralité au niveau des branches automobile, de la santé et des accidents de travail.

«Cette baisse a été ciblée durant la période du confinement. La sinistralité a par contre repris son rythme mensuel juste après la fin du confinement. Il y a même eu un effet rattrapage sur certains segments durant les derniers mois de l’année», affirme Buso.

Cette baisse de la sinistralité a, par ailleurs, entraîné la repli du ratio combiné qui passe en dessous de la barre des 100%, soit à 97%, contre 101,3% en 2019. «Outre l’effet du confinement, la baisse du ratio combiné trouve également son origine dans les effets de la mise en œuvre en 2019 d’une série de mesures en vue de contenir notre charge sinistre en automobile notamment», affirme le DG de la compagnie. À ce stade, ce sont les résultats financiers qui ont été le plus impactés par la crise sanitaire. En cause, la contreperformance des marchés financiers et la suspension ou la réduction des distributions des dividendes en l’absence de bonnes prévisions économiques. Il en ressort au final un résultat net affiché qui plonge de moitié pour s’établir à 201 MDH en 2020, contre 406 MDH en 2019. La compagnie reste tout de même confiante pour l’exercice 2021. «La crise a, certes, eu son effet sur l’activité de la compagnie mais n’a, à aucun moment, entravé notre stratégie de développement. Au contraire, elle nous a permis de la renforcer et nous a même poussés à accélérer le rythme d’application», conclut Christophe Buso. e poussés à accélérer le rythme d’application», conclut Christophe Buso. 

Aïda Lô / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page