Éco-Business

Promotion des exportations : Maroc Export revoit son positionnement sur la Russie

Le centre marocain de promotion des exportations planche sur une nouvelle stratégie de «Marketing promotionnel» à destination du marché russe. Le centre qui ne gère plus la promotion des produits agricoles, exportations traditionnelles vers le marché des Tsars, se tourne vers le textile, le cuir et l’industrie pharmaceutique.

Confiné aux produits agricoles et halieutiques, le marché russe, malgré ses grandes opportunités, échappe toujours aux exportateurs marocains. Pour remédier à cette situation, Maroc Export lancera bientôt une étude de «Marketing promotionnel» sur le marché russe afin de mieux promouvoir de nouveaux secteurs qui peinent à percer sur le marché des Tsars. Il s’agit notamment des secteurs du textile, du cuir, de la pharmacie et du cosmétique. Cette stratégie devrait «permettre de donner une structure et une cohérence générale forte aux activités marketing de Maroc Export sur le marché russe», estime Maroc Export, dans un appel d’offres lancé à cet effet. L’objectif étant d’élaborer pour chaque secteur, un diagnostic des facteurs qui poussent les clients ou qui les empêchent d’importer des produits marocains. Sur la base de ce diagnostic, il s’agira ensuite de réaliser une stratégie ciblée et intégrée de marketing promotionnel pour la période 2017-2020.


Diversifier l’offre
Il faut dire que Maroc Export a établi une stratégie promotionnelle depuis plusieurs années sur le marché russe, notamment pour le secteur agroalimentaire. Plusieurs contrats avec les grandes chaînes de distribution ont été signés. C’est le cas notamment des Galeries Modny Season, Dorogomilovo, X5, Globus Gourmet ou encore Bahetle. Aujourd’hui, plus de 200 produits marocains ont été référencés. Toutefois, cette démarche n’a pas pu permettre aux produits agricoles marocains de se substituer à ceux européens, suite
à l’embargo décrété par Bruxelles après la crise de la Crimée. Le marché des produits de la mer n’est pas en reste et offre de grandes opportunités malgré un tassement des exportations durant ces dernières années.

Maroc Export, qui ne gère plus la promotion des exportations des produits agricoles depuis le transfert de cette mission à l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), se rabat donc sur d’autres industries traditionnelles du Maroc. Et pour cause, la récente visite royale en Russie, marquée par la signature de plusieurs accords dans le cadre d’un partenariat stratégique, ouvre la voie à une meilleure coopération commerciale avec Moscou.

Les relations économiques entre le Maroc et la Fédération de Russie sont promises à un avenir florissant avec une coopération renforcée à pratiquement tous les niveaux (politique, culturel, économique…). Les échanges commerciaux entre le Maroc et la Fédération de Russie ont enregistré, ces dernières années, un réel essor avec un volume qui se chiffre à 2,5 milliards de dollars par an, ce qui fait du Maroc le deuxième partenaire commercial de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Le commerce bilatéral s’est soldé à 18,06 MMDH en 2014 (dont 16,33 MMDH à l’import et seulement 1,74 MMDH à l’export), selon l’Office des changes.

Accès préférentiel
La coopération économique entre le Maroc et la Russie est régie par un cadre juridique. Un accord commercial et économique, ratifié à Marrakech et entré en vigueur en 2000, lie les échanges entre les deux pays. Cet accord prévoit le traitement de la clause de la nation la plus favorisée, pour le commerce des biens et services. Ainsi, les produits marocains bénéficient d’un accès préférentiel pour une liste de produits dans le cadre du système généralisé des préférences. D’autant que la Fédération de Russie est officiellement membre de l’OMC depuis le 22 août 2012.

Après avoir connu en 2009 une récession record depuis la chute du bloc soviétique puis s’être rétablie, la croissance a fortement diminué en 2014 (0,2%), à causse de la fuite vertigineuse des capitaux (128 milliards de dollars selon la BCE), de l’effondrement du rouble, de la réduction des prix du pétrole et des sanctions commerciales occidentales suite au déclenchement de la crise ukrainienne. La situation s’est détériorée en 2015, l’économie entrant en récession (-3,8%). Cette dernière devrait se poursuivre en 2016 tout en s’atténuant, la consommation privée, principal moteur de l’activité, demeurant contrainte.


 

Foires et salons : nouveau mode opératoire
Le centre marocain de promotion des exportations travaille également sur la modernisation des mécanismes de promotion dans le cadre des participations aux salons internationaux. Maroc Export planche aussi sur la réalisation d’un diagnostic des forces et faiblesses des participations marocaines aux foires et aux salons internationaux. Il s’agira notamment d’une étude sur les coûts et les retombées par salon, via des enquêtes adressées aux exposants. Le diagnostic devrait également porter sur l’offre mondiale en salons et expositions professionnels, complétées par des classements et des palmarès internationaux. Une analyse qui devra être mise à jour régulièrement en vue de proposer des données actualisées concernant le nombre d’exposants et leur qualité, le profil des visiteurs, le chiffre d’affaires généré par le salon ainsi que les prix et coûts de participation.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page