Éco-Business

Produits frais marocains : la FAO et la BERD appuient une certification durable

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) ont appuyé l’élaboration d’une certification visant à communiquer sur les produits frais marocains, auprès du marché européen, pour des aspects de durabilité clés.

À la demande de Morocco Foodex, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) ont appuyé l’élaboration d’une certification visant à communiquer au marché européen des aspects de durabilité clés relatifs aux produits frais marocains. Appuyées par l’Union européenne (UE), les deux organismes collaborent déjà pour la promotion de la durabilité environnementale, sociale et économique du secteur horticole marocain, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, d’une part, et Morocco Foodex, d’autre part. Ce groupe de travail a organisé, vendredi dernier, un webinaire qui a réuni des représentants allemands et italiens de la grande distribution pour échanger sur les nouvelles opportunités que présente le renforcement des normes de durabilité environnementale pour les produits frais. Dans le cadre de cette rencontre, l’ex-Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations a sollicité l’aide de la FAO et la BERD en vue d’identifier les options de mise en place d’une plateforme logistique des fruits et légumes marocains en Pologne, dans le cadre de sa stratégie de conquête de nouveaux marchés à l’export. L’événement a également mis en exergue les nouvelles tendances en matière de durabilité afin d’aider les producteurs-exportateurs marocains ainsi que les distributeurs à s’adapter à la demande croissante du marché en produits marocains frais et durables.


En quête de nouveaux marchés
«Nous cherchons des opportunités d’exportation pour les produits frais marocains, conformes aux normes environnementales et sociales les plus strictes, reconnues et attendues dans l’UE. Pour y parvenir, nous travaillons, entre autres, avec les agriculteurs, les exportateurs, les distributeurs, les organismes de réglementation, les groupes de consommateurs, la BERD et la FAO, afin de garantir la compétitivité, l’efficience et la durabilité de nos produits frais», a affirmé El Mehdi El Alami, directeur de la promotion et du développement à Morocco FoodEx. Pour sa part, Jean-Christophe Filori, chef de la coopération de la délégation européenne au Maroc, a estimé que «la stratégie dite «de la ferme à l’assiette» se situe au cœur du Pacte vert pour l’Europe, qui vise à rendre les systèmes alimentaires équitables, sains et écologiques. L’industrie agroalimentaire marocaine pourra exploiter ce potentiel si elle continue à respecter les normes de qualité internationales, notamment celles des marchés européens».  «Le poids accru des aspects durabilité des produits frais marocains présente un potentiel d’investissement et d’ajout de valeur suffisant, et nous sommes heureux de soutenir cette orientation prometteuse du secteur horticole marocain»,  renchérit Othman Tlemcani, banquier principal à la BERD.

Produits frais : un potentiel croissant pour le Maroc
Pour la FAO, le Maroc s’affirme, de plus en plus, comme l’un des fournisseurs majeurs des marchés européens en fruits et légumes. Déjà exportateur de premier plan d’agrumes, d’avocats, de légumes et de baies à destination de marchés clés, le Royaume cible, désormais, de nouveaux marchés tels que la Pologne. Le climat, favorable à la production ininterrompue de produits frais, assure un avantage comparatif de taille au secteur horticole national. «Il existe un potentiel croissant pour le Maroc en matière de produits frais, de bonne qualité et plus durables. La forte demande des consommateurs européens pour des produits à meilleure traçabilité, et respectueux de l’environnement, représente une forte incitation à renforcer la durabilité des systèmes alimentaires», a déclaré Claudio Mazzini, responsable des ventes de produits frais chez Coop Italia. En Allemagne, cette tendance à la consommation responsable influe également sur le marché. «La demande de fruits et légumes frais en Allemagne est élevée, et les consommateurs sont prêts à payer davantage pour des produits à la fois sains et plus respectueux de l’environnement. Par exemple, ils veulent savoir si les agrumes qu’ils achètent ont été cultivés de manière durable, et s’ils n’ont pas surconsommé des ressources en eau limitées»,  a précisé Patrick Freund, responsable de la durabilité d’EDEKA.

La FAO et la BERD soutiennent «Génération Green»
En dépit de sa sensibilité aux aléas du climat, le secteur des fruits et légumes peut contribuer, de manière notable, à permettre au Maroc d’atteindre ses objectifs de durabilité. Les interventions de la FAO et de la BERD ont soutenu également la Génération Green 2020-2030, caractérisée par une «nouvelle vision» du secteur agricole marocain, qui promeut la durabilité, la productivité agricole, la résilience face au climat et l’inclusion économique des jeunes dans les zones rurales. Cette stratégie encourage, selon les deux organismes, l’adoption de nouvelles technologies susceptibles d’améliorer l’efficacité de la production agricole et de l’utilisation de l’eau. «Fort de son ancrage non équivoque en matière de durabilité économique, sociale et environnementale, la Génération Green 2020-2030 aura à coeur de revitaliser le secteur», a souligné Redouane Arrach, directeur de la Stratégie et des statistiques au sein du ministère de tutelle. «Il est vital que le cadre réglementaire soit aligné sur la forte demande du marché pour des produits plus durables» ajoute-il.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page