Éco-Business

Maroc Telecom : AGR révise le cours cible

Attijari global research (AGR) a révisé ses hypothèses de croissance du groupe Maroc Telecom et, par conséquent, sa valorisation du titre. Dans un environnement moins favorable, le cours cible passe de 150 à 135 DH.

Maroc Telecom a publié des résultats semestriels 2022 dans un contexte peu favorable à la croissance des revenus, estime Atijari global research (AGR) dans sa récente note sur le titre, rappelant que ce premier semestre a été marqué par le provisionnement de l’opérateur historique d’une amende de 2,45 MMDH. Dans cette perspective, la société de recherche a annoncé la révision de ses hypothèses de croissance pour le groupe telecoms et, par conséquent, sa valorisation du titre. Ainsi, au lieu d’un cours objectif de 150 DH, AGR revoie à la baisse ses perspectives à 134 DH au terme de l’exercice actuel. «Sur la base d’un prix en Bourse de 121 DH (en date du 24 août 2022), nous croyons que la récente correction du titre demeure disproportionnée par rapport à la qualité de ses fondamentaux», estime-t-on auprès d’AGR.

Les points à retenir
Dans son analyse des perspectives du titre Maroc Telecom, AGR s’est basée sur plusieurs aspects. En effet, la société note que les pressions réglementaires et concurrentielles au Maroc se font de plus en plus sentir sur le profil de croissance des revenus Mobile du groupe. Les analystes d’AGR notent à l’origine de cette pression «une marge de manœuvre limitée en termes d’offres & promotions par rapport aux concurrents, un encadrement plus strict des offres spécifiques B2B et un maintien d’une asymétrie tarifaire en défaveur de l’opérateur historique». Ceci dit, ses revenus du Fixe au Maroc et ses activités à l’international démontrent une bonne résilience de Maroc Telecom grâce à la poursuite de l’expansion des parcs «ADSL & Fibre Optique» et à la croissance soutenue de la Data Mobile en Afrique.

Toutefois, on assure auprès d’AGR que la croissance des revenus Mobile des filiales africaines est ralentie par la tendance baissière de fond des terminaisons d’appel (TA) dont l’impact devrait se poursuivre en 2023. Dans cette logique, AGR estime que «les tensions inflationnistes au Maroc devraient peser davantage sur la croissance des revenus Mobile durant le deuxième semestre de l’année en cours». Cet avis est soutenu par la corrélation historique établie entre le niveau général des prix et les dépenses en télécommunications, particulièrement des utilisateurs Mobile Prépayé.

À noter que ces derniers représentent environ 90% du parc Mobile au Maroc. Par ailleurs, et dans un contexte peu favorable à la génération du cash, AGR observe un réajustement baissier du taux de distribution. Celui-ci est passé d’un niveau historique, autour des 100%, à une moyenne de 70% sur la période 2019-2021. «Selon notre propre scénario, le payout cible du groupe se situerait désormais entre 70 et 80% durant la période 2022-2023», assure-t-on dans ce sens. D’un autre côté, et tenant compte de la récente correction du titre Maroc Telecom, AGR pense que le rendement du dividende offert devient relativement plus attractif avec «un D/Y moyen de 4,5% sur la période 2022-2023 contre 3,5% pour le marché Actions».

Le segment Fixe continuera sa croissance au Maroc
En ce qui concerne l’activité locale de Maroc Telecom, les analystes d’AGR maintiennent leur prévision quant à une tendance baissière de l’activité Mobile sur la période 2022-2025, sous l’effet des pressions inflationniste, réglementaire et concurrentielle. Ils annoncent un taux de croissance annuel moyen (TCAM) du chiffre d’affaires de -4,3%, et retiennent un TCAM positif du segment Fixe de 1,8%, soutenu par la dynamique de la Data et plus particulièrement le FTTH. Il est estimé, par ailleurs, que le groupe telecoms «est en mesure de défendre une marge d’EBE autour des 56% sur le moyen terme, en raison de son expertise et sa capacité déjà prouvée à maîtriser ses coûts». D’un autre côté, AGR opte pour un ratio CAPEX/CA relativement élevé de 16% en raison des efforts supplémentaires exigés par le nouveau contexte.

Une croissance modérée des activités  à l’international
Pour ce qui est des filiales, leur rythme de croissance devrait être modéré selon AGR, soit un TCAM du chiffre d’affaires entre 1,5 et 2,5% sur la période 2022-2025. S’agissant de la marge d’EBE, elle connaîtrait une légère amélioration portée par le potentiel dont disposent les nouvelles filiales Moov en termes d’optimisation de leur structure des coûts. C’est ainsi qu’AGR maintient ses prévisions, avec un ratio CAPEX/CA élevé entre 18 et 20%, en ligne avec la moyenne observée durant la période 2018-2021.

Le rendement du dividende toujours attractif
Dans un environnement peu favorable à la génération du cash, marqué par des pressions réglementaires croissantes, un ralentissement de la croissance des revenus Mobile et le maintien d’un effort d’investissement soutenu, AGR observe «un réajustement de la politique de distribution de Maroc Telecom. Durant la période 2019-2021, le payout moyen est passé à 70% contre un niveau historique proche des 100%». De ce fait, et selon le scénario de la société de recherche, le payout cible de l’opérateur télécom se situerait désormais entre 70 et 80% sur la période 2022-2025.

Dans ces conditions et tenant compte de la correction du titre en Bourse, le rendement du dividende offert serait toujours attractif. Il s’agit d’un D/Y moyen de 4,5% sur le MT contre 3,5% pour le marché Actions. Durant la période 2022-2023, AGR note que Maroc Telecom serait dans une perspective de préservation d’une capacité bénéficiaire récurrente de 5,8 à 6 MMDH. À cet effet, le niveau de payout adopté serait le principal paramètre en mesure d’impacter le cours du titre en Bourse.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page