Éco-Business

Industrie/Fès-Meknès : Mezzour crée une synergie entre les écosystèmes automobile et ferroviaire

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, veut mettre en synergie l’écosystème automobile et celui du ferroviaire. Cette démarche permettra l’amélioration du taux d’intégration de l’industrie ferroviaire nationale. 

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, a effectué la semaine dernière une visite aux zones industrielles de Fès et Sefrou. Lors de sa visite à la zone industrielle de l’ex-Cotef de Fès, le ministre a appelé les chefs d’entreprise à plus de compétitivité et d’innovation.


«Avec un prix de location de 5 DH le m², vous devez être plus compétitifs», s’est-il exprimé. Rappelant que les lots situés dans la zone ex-Cotef sont mis à la disposition des investisseurs en location.

Au cours de sa visite à l’usine d’Alstom, le ministre a remarqué que plusieurs pièces utilisées dans la chaîne de production d’Alstom, notamment les connecteurs, sont importées de l’étranger, alors que des articles similaires sont fabriqués à Kénitra dans l’écosystème automobile.

«Nous pouvons travailler pour mettre en synergie l’écosystème automobile et celui du ferroviaire, surtout qu’il y a une grande ressemblance dans le processus de fabrication des deux écosystèmes», confie Mezzour à Nourddine Rhalmi, PDG de Alstom Maroc, lors de sa visite à l’usine de Fès.

Dans un premier temps, Alstom pourra recourir, selon son besoin, à une partie de la chaîne de production de l’écosystème automobile, en attendant l’intégration des pièces importées à l’écosystème ferroviaire national.

Pour surpasser les difficultés liées aux certifications et aux brevets, le ministre a sollicité les responsables d’Alstom de décortiquer les composants des pièces importées pour faciliter leur comparaison avec ceux de l’automobile. Dans ce cadre, le ministre a déclaré que son département va se charger des dispositifs juridiques et des certifications nécessaires.

Cela permettra à Alstom de renforcer la souveraineté industrielle, qui est un mélange de sécurité, notamment de chaînes de valeur, d’influence industrielle pour avoir accès aux marchés, valoriser davantage les ressources et ne pas les mercantiliser. Même constat pour certains emballages en carton qui sont importés par la société Maroc Modis, alors que le ministre a indiqué qu’ils sont à l’origine fabriqués à Tanger.

Étendu sur une superficie de 3,4 ha, le site d’Alstom-Fès emploie actuellement quelque 400 personnes et compte créer 350 emplois directs à l’horizon 2023. Le site, qui s’engage à soutenir le développement socio-économique de la région, a équipé, à ce jour, plus de 20 projets ferroviaires internationaux.

Par la suite, le ministre a visité la société Maroc Modis-Triumph International, située aussi à la zone de l’ex-COTEF et dédiée à la fabrication de lingerie, avant de se rendre sur les sites du Parc industriel de Ain Cheggag (PIAC) et du Parc d’exposition international de Fès. L’objectif étant de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de ces deux projets.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page