Éco-Business

Fès-Meknès : la région décroche un prêt de 320 MDH auprès de la SFI

Le Conseil d’administration de la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, a accordé un prêt de 35 millions de dollars (près de 320 MDH) au Conseil de la région Fès-Meknès. Celui-ci permettra le financement du Programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) en milieu rural et des équipements nécessaires à la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Le conseil d’administration de la filiale de la Banque mondiale vient d’accorder un prêt de 35 millions de dollars, soit près de 320 MDH, au Conseil de la région Fès-Meknès. Cette enveloppe permettra le financement du Programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) dans le monde rural et des équipements nécessaires à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Ainsi, 20 millions de dollars seront dédiés au financement du PRDTS et 10 millions de dollars seront consacrés aux équipements nécessaires à la lutte contre la pandémie. D’après des sources du conseil de la région, cette dernière s’apprête à contracter un prêt de 800 MDH auprès du Fonds d’équipement communal (FEC). Après étude de la situation financière de la région, le FEC affirme que celle-ci peut ouvrir une ligne de garantie pour bénéficier de crédits pouvant atteindre 2,4 MMDH, à condition que Fès-Meknès assure une contribution de 1 MMDH. Les responsables de la FEC précisent que le budget de la région lui permet de bénéficier d’un autre crédit pour financer jusqu’à 40% du PRDTS dans le monde rural des années 2019, 2020 et 2021, de l’ordre de 1,3 MMDH.


En effet, les projets du programme se répartissent comme suit : les routes et pistes rurales pour 843 MDH, l’électrification du monde rural (150 MDH), le raccordement à l’eau potable (225 MDH) et le secteur de la santé (127 MDH), outre le secteur de l’enseignement (45 MDH). Il faut rappeler que, dans le cadre du PRDTS 2016-2020, une enveloppe budgétaire de 380 MDH a été allouée par le conseil au renforcement de l’accès à l’eau potable dans les différentes provinces et préfectures de la région. Notons que le conseil régional a adopté, en juillet dernier, le contrat-programme entre l’État et la région Fès-Meknès portant sur la réalisation de projets d’une valeur budgétaire globale de 11,19 MMDH. Ce contrat touche, entre autres, les secteurs de l’industrie et du développement des services numériques (7 projets pour plus de 1,066 MMDH), de l’équipement et la logistique (12 projets pour 3,184 MMDH), de l’enseignement supérieur et l’appui à la recherche scientifique (5 projets pour 1,850 MMDH), de l’agriculture (820 MDH), de la promotion de l’emploi et du développement des compétences (11 projets pour 725,9 MDH) et de l’artisanat et l’économie sociale (7 projets pour 393 MDH).

Les ressources financières de la région en hausse
Il faut rappeler que le budget dédié à la région Fès-Meknès a connu une forte amélioration ces quatre dernières années. En effet, au titre de l’année 2016, l’on a arrêté un taux de 2% pour l’IS et l’IR et de 20% pour la taxe sur les contrats d’assurance. En 2017, un effort supplémentaire a été consenti par l’État qui a hissé le taux à 3% pour l’IR et l’IS. Actuellement, les ressources transférées par l’État sont de 5% pour l’IS, 5% pour l’IR et de 20% pour la taxe sur les contrats d’assurance. Le transfert de crédits du Budget général de l’État est plafonné à 10 MMDH à l’horizon 2021. En plus de celles transférées, la région dispose de ressources financières propres. Il s’agit notamment du produit des impôts et taxes à caractère régional, des redevances, amendes, revenus des biens et participations, outre la taxe sur l’exploitation des carrières, qui est de 10%.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page