Éco-Business

Fès : la nouvelle unité d’Alstom est opérationnelle

L’usine d’Alstom-Fès est enfin opérationnelle. Située dans la zone industrielle de l’ancien Complexe du textile de Fès (COTEF), la nouvelle unité de la filiale marocaine du câbleur français a lancé ses activités de fabrication et de montage de câbles et armoires électriques. Ayant mobilisé une enveloppe de 40 MDH, cette usine s’étend sur trois hectares et va permettre la création de plus de 330 emplois à l’horizon 2023, tout en maintenant les 420 emplois existants. Suite à la validation du dossier d’investissement, la société Alstom Cabliance a réuni près de 60 fonds partenaires pour discuter des possibilités d’investissement dans cette zone. Le conseil communal a octroyé une prime à l’emploi à la société Alstom. Cette subvention de 1,98 MDH en faveur de la société Cabliance, filiale d’Alstom, revêt la forme d’une prime à l’emploi s’élevant à 6.000 DH pour chaque nouveau poste créé. Suivant sa stratégie de développement, Alstom ambitionnait de développer ses activités à Fès mais, faute d’assiette foncière, la société avait décidé de s’installer dans une autre ville. Ce qui a obligé les responsables de la région à accélérer les procédures afin de lui permettre de s’installer dans la zone.

Plusieurs usines en cours d’installation
Plusieurs projets sont en cours de réalisation dans la zone de l’ex-COTEF. La Commission régionale unifiée de l’investissement (CRUI) de Fès-Meknès a donné son feu vert à huit projets à fort impact socioéconomique, pour un investissement prévisionnel de 213 MDH, permettant de créer 1.560 emplois. Les filières les plus représentatives sont le textile et cuir (44%) et l’industrie chimique et parachimique (31%). Suite à l’appel à projets lancé en octobre dernier par le Centre régional d’investissement (CRI), 19 demandes ont été déposées proposant un investissement de 270 MDH et permettant la création de 1.945 nouveaux emplois. Les lots de terrain mis à la disposition des industriels sont soumis à des conditions bien précises. Ils sont en premier lieu «locatifs», réservés exclusivement aux industries non polluantes. Parmi les conditions d’attribution figure également la création de nouvelles entreprises, assortie de la possibilité d’extension en cas de création de nouveaux emplois. Dans une première phase, l’opération de réaménagement de l’ex-COTEF concerne une vingtaine de lots dont la superficie varie entre 1.615 et 2.690 m². Au cours du processus d’installation des entreprises, le ministère de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, représenté au sein de la commission, participera à l’évaluation des projets en formulant son expertise et en accompagnant les investisseurs dans la préparation de leurs dossiers aux côtés du CRI. À noter que deux sociétés de textile, Kouji-Tex et Maroc-Modis-Triumph, sont en train d’aménager leurs terrains. La société Maroc-Modis-Triumph, déjà implantée dans la zone industrielle de Sidi Brahim, emploie actuellement près de 5.000 salariés et réalise un chiffre d’affaires d’un milliard de dirhams. La société souhaite élargir ses activités dans la région. L’ex-COTEF bénéficie d’un positionnement géographique privilégié puisqu’il est situé en centre-ville. Il se situe aussi à proximité du réseau autoroutier et peut profiter des vols internationaux quotidiens à destination de Fès. Il s’étend sur une superficie de 152.000 m², dont deux parcelles distinctes non exploitées d’une superficie totale de 33.000 m². La surface couverte est de 55.000 m². Ce site, situé dans la zone industrielle de Sidi Brahim, a vu le jour en 1967, grâce au soutien de l’État, dans le cadre de la politique d’encouragement des investissements dans le secteur industriel et de la mise en place d’une production nationale de substitution aux importations.


Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page