Éco-Business

Efficacité énergétique : un programme pour accompagner les industriels de Fès-Meknès

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le CRI Fès-Meknès a présenté aux chefs d’entreprises des offres d’accompagnement et de financement susceptibles d’améliorer leur efficacité énergétique. Le processus de décarbonation leur permettra de se conformer aux exigences du marché européen.

Plusieurs chefs d’entreprises, d’experts et de professionnels de la Région de Fès-Meknès ont participé dernièrement à une table ronde destinée à les sensibiliser à l’amélioration de leur efficacité énergétique. La rencontre a permis aux participants de s’informer sur les offres d’accompagnement et de financement des principaux acteurs en la matière. Initiée par le Centre régional d’investissement (CRI) Fès-Meknès, cette table ronde s’inscrit dans la lignée des partenariats stratégiques noués avec l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (l’AMEE), qui se sont concrétisés par un appel à manifestation d’intérêt ouvert jusqu’à fin 2021. Ce dernier vise à appuyer techniquement et financièrement la décarbonation des TPME industrielles de la région en ciblant les projets de croissance verte. Afin de mener à bien ce processus, le CRI Fès-Meknès a lancé une enquête auprès des entreprises industrielles locales pour établir une classification des unités en fonction de critères spécifiques, qui détermineront leur assujettissement à un audit énergétique obligatoire.


«La Région de Fès-Meknès dispose d’une offre d’énergie verte à un prix compétitif. En adoptant cette stratégie à grande échelle, elle sera à même d’attirer de nouveaux métiers en amont et en aval des industries déjà installées ainsi que de nouveaux écosystèmes industriels», précise Yassine Tazi, directeur général du CRI Fès-Meknès.

En effet, l’intégration des industries de la région, surtout les plus énergivores, à ce processus, constitue une occasion pour s’ouvrir sur de nouvelles perspectives, en faisant de la valorisation des déchets et de l’efficacité énergétique, des atouts pour améliorer leur compétitivité et maintenir, voire augmenter leurs parts de marché. Le plan d’action élaboré par le CRI et l’AMEE prévoit, également, l’assistance des industriels de la région en vue de mener des audits énergétiques gratuits ou encore la mise en place d’un système de management de l’énergie. Ce plan a pour finalité de faire du programme «Tatwir croissance verte» une vraie réussite dans cette région, pionnière en matière de décarbonation. Intervenant au cours de cette rencontre, Saïd Mouline, directeur général de l’AMEE, a souligné l’importance du processus de décarbonation et des outils d’accompagnement mis en place, tout en faisant état des potentialités importantes qu’offre la Région de Fès-Meknès, en termes d’efficacité énergétique, de mobilité durable et d’énergie verte. De son coté, Fatima Zahra El Khalifa, directrice générale du cluster solaire, a précisé qu’«au sein du cluster solaire, plusieurs prestations sont offertes, dont la formation, le renforcement des compétences, l’assistance technique, l’accès à l’information, le suivi et l’accompagnement. Cela, en plus de la mise en relation avec les banques, partenaires et donneurs d’ordre». Elle a indiqué que le cluster solaire peut octroyer des subventions allant jusqu’à 200.000 DH et des prêts d’honneur pouvant atteindre 500.000 DH, avec la garantie de la CCG.

Pour rappel, la question de l’efficacité énergétique fait partie des grandes orientations de la nouvelle stratégie énergétique nationale et constitue l’un des piliers du Modèle de développement économique que le Maroc souhaite mettre en place afin de réduire sa dépendance énergétique. La nouvelle stratégie de relance industrielle fait de la capacité des industries à produire «propre», un élément essentiel pour positionner le Maroc comme base industrielle décarbonée et circulaire. «La décarbonation de l’industrie est un levier important de compétitivité à l’international, notamment sur le marché européen, qui est notre premier partenaire commercial, avec plus de 65% de nos exportations industrielles», précise Tazi aux professionnels de la région. Et d’ajouter qu’«en inscrivant nos industries dans le processus de décarbonation, nous permettrons à nos exportations de se conformer aux exigences de ce partenaire important qui est en passe d’instaurer la taxe carbone à ses frontières».

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page