Éco-Business

Efficacité énergétique : la Douane s’engage

Nabyl Lakhdar, DG de l’ADII, et Saïd Mouline, DG de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique ont signé, mardi à Rabat, une convention-cadre de partenariat. Objectif : aider l’ADII à «se verdir» en baissant sa consommation et sa facture énergétique. Les détails de la convention.

L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) a enfin décidé de s’engager dans le cercle vertueux de l’efficacité énergétique. C’est dans ce dessein que Nabyl Lakhdar, son directeur général, et Saïd Mouline, directeur général de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE), ont signé, mardi à Rabat, une convention-cadre de partenariat. Partenariat à travers lequel l’AMEE s’engage à assister l’ADII à mettre en œuvre des mesures visant à réduire sa consommation et ses dépenses énergétiques et, également, à ancrer la culture d’économie verte au sein de la douane marocaine, moyennant des actions d’économie d’énergie, de sensibilisation du staff technique et de formation du personnel.

Deux bâtiments concernés
Intervenant à cette occasion, Nabyl Lakhdar a notamment déclaré que «pour commencer, les mesures d’efficacité énergétique qui seront introduites vont concerner deux de nos bâtiments, à savoir celui où nous nous trouvons actuellement, le siège de l’ADII, sis à l’Avenue Annakhil au quartier Hay Riad à Rabat, et un second à Benslimane, qui abrite l’Institut de formation douanière». L’équipe de Saïd Mouline va y dérouler le mode opératoire habituel qu’elle maîtrise désormais à la perfection. Lequel consistera à réaliser, dans les prochains jours, les diagnostics de performances énergétiques (DPE) des deux bâtiments. Une opération qui va se faire à travers l’estimation de la consommation des deux bâtiments ciblés, en eau, éclairage, chauffage et ventilation. Suite à quoi, l’AMEE fera des recommandations d’amélioration énergétique portant, notamment, sur le taux  de réduction de la nouvelle consommation énergétique, l’investissement nécessaire et le retour sur investissement.

Plusieurs avantages attendus
«L’avantage de cette opération de diagnostic énergétique est en fait triple. Elle permettra à la Douane, non seulement de réduire sa consommation et donc d’éviter le gaspillage, mais également de dépenser moins pour satisfaire ses besoins énergétiques, ceci tout en diminuant ses émissions de gaz à effet de serre», a détaillé Saïd Mouline, qui salue aussi un autre engagement, et non des moindres, pris par l’ADII. Celui de sensibiliser son personnel aux principes de l’efficacité énergétique. En effet, Lakhdar a décidé de ne pas faire les choses à moitié ! Il a en, conséquence, invité l’AMEE à organiser des sessions de formation sur l’efficacité énergétique dans le bâtiment et le transport ainsi que des ateliers de sensibilisation au profit de son staff technique.

Le Pacte de l’exemplarité de l’administration renoue avec sa dynamique
Ce chantier qui sera suivi par l’amélioration de la mobilité au sein de la Douane, à travers le remplacement progressif de sa flotte actuelle par un parc automobile électrique et d’autres mesures d’efficacité énergétique, s’inscrit dans le cadre du Pacte de l’exemplarité de l’administration (PEA) en matière d’application des principes d’efficacité énergétique.

Adopté en février 2019 par le Comité national de développement durable, placé sous la présidence du Chef de gouvernement, le PEA vise six principaux objectifs à savoir : généraliser les démarches environnementales au sein des bâtiments publics ; inscrire l’administration dans la logique de gestion et de valorisation des déchets ; renforcer les initiatives d’un État employeur responsable ; intégrer une approche participative et améliorer la transparence ; promouvoir une commande publique durable et responsable, et enfin développer l’exemplarité des acteurs publics en matière de mobilité. Selon le département de l’Environnement relevant du ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement, près de 23 départements ministériels ont déjà réalisé leurs plans relevant de l’exemplarité de l’administration. C’est ainsi que certains d’entre eux ont pu réduire leur consommation en eau de 50% et produire 22% de leur besoin en électricité à partir de sources renouvelables, tandis que d’autres ont pu atteindre 32% de véhicules propres dans leur parc automobile et réaliser un taux de recyclage de leurs déchets, d’environ 35%.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page