Éco-Business

E-commerce : les ventes sur Internet ont explosé en 2020

Baisse des chiffres d’affaires, fermetures d’entreprises, grandes sociétés en difficulté… Le choc massif et brutal provoqué par la pandémie de la Covid-19 a plongé bien des pans de l’économie dans une léthargie sans précédent. Néanmoins, si les mesures restrictives pour enrayer la propagation du virus sont encore en vigueur, la situation semble profiter à certains secteurs, en particulier la tech et le commerce en ligne. En effet, les ventes sur Internet (e-commerce) ont atteint, au niveau mondial, plus de 100 milliards de dollars grâce à la digitalisation accélérée du commerce de détail. Il s’agit d’une hausse de 8,5% sur un an.

Une situation contrastée entre les ventes de biens et les services
En effet, la hausse des ventes de produits sur internet est estimée à 32%, tandis que les services accusent une baisse de 10% (pour les acteurs du voyage-tourisme, le bilan 2020 est actuellement de -47% par rapport à 2019), souligne la Fédération Tijara 202. Selon l’organisme qui regroupe l’ensemble des sociétés, associations et fédérations opérant dans la distribution de produits de grande consommation, le e-commerce ne représentait que 9,8% du commerce de détail en 2019, et en représente aujourd’hui 13,4%. Aussi, les créations de sites Internet dédiés à la vente en ligne ont explosé, et le secteur s’est agrandi de 17.400 sites supplémentaires par rapport à l’an dernier. Et les gestionnaires de ces plateformes n’ont pas chômé, puisque plus de 1,8 milliard de transactions ont été effectuées en 2020, soit une hausse annuelle de 5,8%. «En outre, l’avènement de la Covid-19 a contribué à l’expansion du commerce électronique, à l’échange des données informatisées et des services de télétravail. Il s’est ensuivi une digitalisation accrue et, par conséquent, davantage de transactions avec les sites e-commerce», explique dans un communiqué de presse la Fédération Tijara 2020, soulignant que le Maroc, où le e-commerce progresse, n’a pas été épargné par ce phénomène mondial. En effet, «le nombre de sites marchands a connu une croissance considérable» dans le royaume, dit-on. Plus de 1.000 sites de e-commerce étaient actifs en 2019, dont près de 500 sites créés en 2019 et 300 qui ont démarré leur activité cette même année. En outre, le nombre de Marocains connectés ne cesse de progresser, avec un taux de croissance annuel moyen de 2,8%. Si l’on en croit les chiffres de la Fédération Tijara 2020, en 2019, 65% des Marocains étaient connectés à Internet, 31% équipés d’un ordinateur ou tablette et 76% d’un smartphone. L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), qui publie chaque année une enquête de collecte des indicateurs TIC auprès des ménages et des entreprises, fait remarquer que les internautes marocains ont de plus en plus confiance dans les sites de e-commerce et hésitent moins à acheter et à payer en ligne par carte bancaire. Six millions, c’est le nombre d’opérations de paiement en ligne effectuées par carte bancaire (marocaine ou étrangère) sur les sites marchands affiliés au Centre monétique interbancaire (CMI). Le montant global s’élève à 2,9 MMDH durant le 1er semestre 2020.


Des questions en suspens
Toutefois, de nombreuses questions relatives à l’activité du e-commerce au Maroc demeurent sans réponse. Qu’en est-il de cette progression ? Englobe-t-elle tous les secteurs ou reste-t-elle limitée à quelques-uns ? Quels en sont les freins ? Sont-ils technologiques ? Logistiques ? Culturels? Quelles sont les perspectives du e-commerce au Maroc ? Peut-il compter parmi les secteurs phares et générateurs de valeur ? Des entraves pourraient-elles freiner son développement ? Et comment les anticiper ? C’est pour répondre à ces questions et à bien d’autres que la Fédération Tijara 2020 organise, en partenariat avec Portnet S.A, une rencontre en ligne le 27 avril prochain. De grands noms du e-commerce prendront part à ce rendez-vous, notamment Salma Ammor, directrice générale de GOA Commerce, Rachid Sarrakh, directeur interne du Commerce et de la distribution au ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique et Larbi Alaoui Belrhiti, directeur général de Jumia Maroc.

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page