Éco-Business

De nouvelles opportunités s’offrent à l’industrie mécanique

Une délégation de chefs d’entreprise français, membres de la Fédération française des industries mécaniques, s’est rendue à Tanger et à Casablanca pour s’enquérir des opportunités d’investissement dont ces villes regorgent.


Le secteur national de l’industrie mécanique est à l’aube d’un nouveau boost. La Fédération française des industries mécaniques, branche découpage/emboutissage et métaux en feuilles (FIMMEF) s’est récemment intéressée à la région de Tanger et à Casablanca pour déceler le potentiel du secteur et s’entretenir avec leurs homologues marocains sur les opportunités que présente cette industrie, et des possibilités de partenariat dans le cadre d’une collaboration à long terme. Les entrepreneurs français ont ainsi eu l’occasion de s’enquérir des avantages qu’offre le Maroc aux investisseurs étrangers, en particulier en matière d’implantation industrielle et commerciale des sociétés européennes sur le territoire national.

Parmi eux, des équipementiers automobiles qui ont affirmé leur volonté de s’installer au Maroc dans un avenir proche. L’écosystème mis en place pour ce secteur, développé dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI), est devenu si étoffé et attractif que les industriels du secteur souhaitent s’y greffer afin de profiter du réseau et de contribuer à la chaîne de valeur. Les prospecteurs ont ainsi eu l’occasion de visiter plusieurs projets économiques d’envergure, dont le site Renault Somaca, l’usine Casablanca aéronautique, la zone franche de Tanger, l’usine Renault de Tanger et les usines Snop et GMD.À chaque arrêt, leurs homologues marocains leur faisaient profiter d’exposés préparés pour l’occasion, présentant les réalisations et les ambitions affichées par le PAI, ainsi que les atouts clés des principaux secteurs et sous-secteurs industriels propices à l’investissement.

La sous-traitance des industries aéronautique, automobile, ferroviaire ainsi que d’autres industries liées à la métallurgie ont été au centre des débats et intérêts formulés par la délégation. Même si le taux d’intégration ne satisfait que partiellement le ministère de l’Industrie, il n’en demeure pas moins qu’un nouveau coup de boost au secteur, via le déploiement d’IDE) ciblés, ne peut qu’être bénéfique à l’écosystème.   

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page