Éco-Business

Crédit du Maroc : solide, malgré des résultats en baisse

Le groupe bancaire Crédit du Maroc enregistre des résultats trimestriels mitigés compte tenu du contexte difficile marqué par l’évolution de la Covid-19. La dynamique de crédits a été ralentie par les effets de la crise sanitaire. Les emplois clientèle ont atteint 44,46 MDH à fin septembre 2020, soit une hausse contenue de 4,9%. Ceux-ci ont été essentiellement portés par les crédits aux entreprises qui ont conservé une bonne dynamique sur les neuf premiers mois de l’année 2020, se traduisant par une hausse des encours de 7,7% à 21,10 MDH. Le dispositif mis en place par les banques de la place pour l’accompagnement et le soutien aux entreprises affectées par la crise sanitaire a permis aux crédits de trésorerie de s’apprécier de 22,8%. En revanche, les encours de crédits à l’équipement et de crédit-bail se sont affichés en retrait de, respectivement, 1% et 0,6%, dans un contexte défavorable à l’investissement. Les encours des crédits aux particuliers ont quant à eux enregistré une baisse de 1,1% à 18,17 MDH, en lien avec la crise sanitaire qui a perturbé la production. Toutefois, l’encours du crédit à l’habitat démontre une certaine résilience en affichant une hausse de 0,5%.

Du côté des dépôts collectés, Crédit du Maroc a pu enregistrer un encours de 44,02 MDH, en hausse de 5%. L’activité bancassurance est quant à elle restée quasi-identique, «témoignant ainsi de la force du modèle de la bancassurance du Crédit du Maroc», souligne le top management.

Malgré la bonne tenue de ces éléments, le produit net bancaire consolidé du groupe est ressorti, à fin septembre, en baisse de 0,6% à 1,77 MMDH. La baisse du PNB a tout de même été contenue grâce à la bonne tenue de la marge nette d’intérêt qui progresse de 1,7% à 1,39 MMDH, profitant de la poursuite de l’optimisation du coût des ressources. La marge sur commissions a reculé de 7,8% à 292,5 MDH, en lien avec la diminution de l’activité liée à la crise sanitaire et le ralentissement de l’activité des métiers spécialisés. Le bon développement des activités de change n’a, de son côté, pas freiné le repli du résultat de marché qui a régressé de 2,3% à 157,1 MDH. Le coût du risque consolidé a été multiplié par 2,7 à fin septembre 2020 pour atteindre 567,3 MDH. Une progression qui, selon le groupe bancaire, découle du provisionnement de risques avérés et du provisionnement d’encours sains sur la base de scénarios prenant en compte des impacts de la crise Covid-19. En intégrant les effets de cette crise sanitaire, le résultat net part du groupe ressort en baisse de 76,1% à 104,1 MDH. Cette baisse intègre en effet l’augmentation du provisionnement des risques crédit à partir du deuxième trimestre 2020 et la contribution exceptionnelle au fonds de solidarité Covid-19. Le Crédit du Maroc y a apporté 85 MDH. Malgré des agrégats en baisse, le groupe affiche une solidité financière à l’épreuve de ce «contexte de crise inédit». Dans l’ensemble, les fonds propres consolidés du groupe s’établissent à 6,39 MMDH. Le ratio de solvabilité global ressort ainsi à 14,5%, et le ratio Core Tier 1 à 11,5%. Le ratio de liquidité LCR s’élève à 166,7% à fin septembre 2020.
L’endettement de Crédit du Maroc ressort à 2,10 MMDH, en progression limitée de 0,8% par rapport à septembre 2019.

Aida Lô / Les Inspirations Éco

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page