Éco-Business

La voix des femmes élues se fait entendre à Marrakech

Le plus grand réseau de villes mondiales dédié à la lutte contre les changements climatiques, C40 Cities Women4Climate, a fait entendre la voix des femmes élues, à la COP22, ce vendredi à Marrakech. Sa présidente, Anne Hidalgo, a fait savoir que la mise en œuvre de l’Accord de Paris passera par les maires, essentiellement.


«Les chefs d’États ne peuvent rien nous imposer, nous sommes indépendants. L’Accord de Paris se fera parce qu’il passera par les maires, le secteur privé et les ONG». C’est en ces termes que la maire de Paris et présidente du C40, Anne Hidalgo, a mis en avant le rôle crucial des élus locaux dans la lutte contre les changements climatiques.

Citant toutes les femmes maires dans les grandes villes du monde, Anne Hidalgo a magnifié le rôle de ces dernières. «Nous sommes des femmes symboles pour les jeunes filles à qui nous disons que si nous y sommes arrivées, elles aussi peuvent le faire», a-t-elle soutenu, plaidant pour plus de femmes à des postes de représentativité.

Dans ce sens, Célestine Ketcha-Courtès, présidente du réseau des femmes élues d’Afrique, a fait remarquer que les Objectifs du millénaire pour le développement prévoyaient 30% de femmes élues locales dans le monde, alors qu’il n’y en a eu que 6%. «Aujourd’hui, les Objectifs de développement durable prévoient d’atteindre une représentativité de 50% en 2030, mais comment pouvons-nous y arriver quand nous n’avons pas pu réaliser les 30%», s’est-elle interrogée.

Les femmes en première ligne

Pour lutter contre les changements climatiques, selon Célestine Ketcha-Courtès, «il faut agir avec les véritables acteurs et ce sont les femmes». Elles subissent de prime abord les impacts des changements climatiques. Elles ont des projets pour y faire face, poursuit-elle, appelant les acteurs politiques et financiers à soutenir ces projets mis en place par les femmes élues, lesquelles doivent continuer un travail de réseau important. «Les femmes élues d’Afrique sont dans l’action, encore plus ici à Marrakech», a confié Célestine.

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUC), a elle salué le rôle du C40 Cities Women4Climate, «un groupe de femmes influent qui a contribué à l’Accord de Paris». Espinosa a ainsi affirmé que «les femmes sont plus vulnérables aux changements climatiques d’où la nécessité d’un leadership fort», avant de poursuivre : «elles sont indispensables dans la lutte contre les changements climatiques, mais il y a un grand fossé à combler en terme de représentativité».

Pour peser davantage dans la lutte contre les changements climatiques, la présidente du C40 Cities Women4Climate, Anne Hidalgo, a appelé à «une alliance avec les chefs d’État et les organisations internationales».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page