Éco-Business

Concours des avocats : le Mouvement Populaire réagit à la polémique

Communiqué. Le parti du Mouvement Populaire a suivi et suit une série de nouveautés et de développements que connait la scène nationale, au premier rang desquels la polémique autour des résultats et des retentissements du concours pour l’obtention du certificat d’aptitude à la profession d’avocat.

Le parti avait choisi d’ailleurs de tempérer avant d’exprimer une position par rapport à ce dossier épineux, mettant à profit la période écoulée pour recueillir les données et être éclairé par rapport à la vision et à la position du gouvernement et des partis le composant et ce, dans le respect de sa constante loyauté au Maroc des institutions. Toutefois, et au vu du mutisme suspect du gouvernement, le parti note ce qui suit :

Premièrement : tout en suivant avec une grande préoccupation ce dossier qui s’est transformé en une question d’opinion publique, le parti du Mouvement Populaire dénonce le silence incompréhensible et injustifié du gouvernement et l’appelle à exprimer une position claire et à ouvrir une enquête impartiale et transparente en vue d’éclairer l’opinion publique.

Dans ce cadre, le parti estime que la politique de la sourde oreille et de la fuite en avant, adoptée par le gouvernement à l’égard de ce large débat public et médiatique sur les résultats et les conditions de déroulement du concours pour l’obtention du certificat d’aptitude à la profession d’avocat, ne fait que conforter les soupçons relayées autour de ce concours, alimenter la tension sans précédent suscitée par ce concours et consacrer les indices rapportés au sujet de la prédominance du clientélisme et du favoritisme au profit des proches et des familles sur la logique du mérite, de la violation des droits et de la prévalence du népotisme dans le concours d’accès à la profession d’avocat qui est le gardien des droits.

Ainsi, et tout en exprimant son étonnement à l’égard du mutisme du gouvernement et sa négligence étrange de ce dossier qui a pris désormais une tournure dangereuse, le parti appelle le gouvernement à revoir sa politique de communication, à mettre un terme à son mutisme continu et à sa confusion structurelle et à rompre avec son approche sectorielle étriquée s’agissant du traitement de questions sociétales stratégiques et sensibles dont les répercussions incalculables ne pourraient être palliées par sa politique consistant à se prévaloir de sa supériorité numérique éphémère.

Dans ce contexte, le parti appelle également à l’ouverture d’une enquête impartiale et indépendante au sujet de cet incident afin d’élucider les tenants et considérants de ce concours et ses résultats, au lieu de laisser les composantes de la société proies à la contradiction des communiqués et à un amalgame des vérités avec les rumeurs.

Deuxièmement : le parti du Mouvement Populaire appelle à l’immunisation du barreau et à la préservation de sa sacralité et de ses nobles valeurs. Il réitère son appel au gouvernement à réviser sa démarche erronée en matière de gestion des réformes majeures, en faisant prévaloir le dialogue et en adoptant l’approche participative.

Dans ce contexte, et tout en réaffirmant une nouvelle fois son respect constant du barreau et sa volonté inaliénable de le maintenir loin de toutes formes de controverse politique, le parti réitère son appel au gouvernement, au vu de sa responsabilité directe s’agissant de la gestion des affaires publiques, à rompre avec son approche unilatéraliste en matière d’engagement des réformes majeures dans plusieurs dossiers et questions qui relèvent des prérogatives de la société tout entière, notamment les dossiers et questions ayant trait à la justice et aux droits toutes générations et natures confondues, car les résultats électoraux éphémères ne sont pas ni une fatalité qui autorise la confiscation des droits des citoyens et des citoyennes, ni un justificatif pour faire perdurer le Maroc des opportunités au détriment du Maroc de l’égalité des chances.

Troisièmement : d’autre part, le parti du Mouvement Populaire exprime sa condamnation des déclarations racistes d’un comédien français à l’encontre du footballeur marocain Achraf Hakimi.

Ayant suivi les déclarations racistes et abjectes proférées par un comédien français sur la radio française RMC à l’encontre du footballeur marocain Achraf Hakimi, l’un des champions de la Coupe du monde du Qatar, le parti du Mouvement Populaire exprime sa condamnation vigoureuse de ces déclarations irresponsables et de l’inaction de la radio française à l’égard de ce dangereux dérapage professionnel.

Le parti appelle également les autorités françaises à intervenir pour prendre les mesures nécessaires à l’encontre de cet ignoble acte raciste et à prononcer les sanctions appropriées à l’encontre de cette violation flagrante de la déontologie de la presse et des conventions des droits de l’Homme tels que reconnus mondialement.

Quatrièmement : à quelques jours de l’avènement du nouvel an amazigh, le parti du Mouvement Populaire réitère son appel au gouvernement à honorer son engagement électoral relatif à l’institution du nouvel an amazigh comme fête nationale et jour férié chômé et payé.

Dans ce cadre, et à moins d’une semaine de l’avènement du nouvel an amazigh 2973, et tout en adressant, à cette occasion, ses chaleureuses félicitations et sincères vœux à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et à l’ensemble des Marocains, le parti aspire à ce que le gouvernement concrétise l’une de ses promesses électorales relative à l’institution du nouvel an amazigh comme fête nationale et jour férié chômé et payé.

Cette mesure a, certes, une portée symbolique et constitue la traduction d’une volonté politique sincère de mettre en œuvre les dispositions constitutionnelles et législatives relatives à l’activation du caractère officiel de la langue amazighe en tant que composante essentielle et authentique de l’identité nationale dans sa plénitude et sa diversité. Toutefois, cette mesure demeure une décision qui ne nécessite qu’un simple amendement du décret fixant la liste des jours fériés chômés et auquel plusieurs amendements ont été apportés depuis son édiction.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page